Jan 23, 2019 08:34 UTC

Les analyses de la rédaction : Algérie

–Les forces spéciales israéliennes bientôt aux portes d’Algérie :

Après avoir cédé aux pressions US et françaises, le président tchadien a suivi les recommandations de Riyad et s’est rendu en Israël, une visite qui vient d’être payé de retour : le Premier ministre d’Israël est au Tchad et il offre de déployer les militaires israéliens sur les frontières libyo-tchadiennes. L’objectif est clair : tout comme pour la Syrie et l’Irak, Israël se charge de la mission d’organiser des groupes terroristes identiques à Daech pour les envoyer à l’assaut du nord de l’Afrique. La Libye infestée par les terroristes fera le reste.

–Annulation de la visite d’État de Macron en Algérie :

Le 7 novembre 2018, il avait été annoncé qu’Emmanuel Macron devait se rendre en Algérie dans le cadre d’une visite d’État pour rencontrer son homologue Abdelaziz Bouteflika en fin d’année. Or, cette visite a été annulée à cause de « l’actualité » chargée qui touche la France « depuis deux mois », selon l’ambassadeur de France à Alger.

  • Tunisie

–L’ingérence des Émirats arabes unis en Tunisie : une nouvelle stratégie pour attaquer la politique tunisienne.

Depuis de nombreuses années, des politiciens et des experts tunisiens avertissent contre les ingérences des Émirats arabes unis dans les affaires intérieures de la Tunisie.

En s’appuyant sur les médias et leurs pétrodollars, les EAU tentent de faire dérailler le processus de démocratisation en Tunisie, en créant des partis politiques en Tunisie, et ils cherchent à inciter des personnalités politiques à lancer des grèves dans le pays, et ce, en prétextant les problèmes sociaux et économiques du pays.

  • Maroc

–Le Maroc va-t-il finir par normaliser avec Israël sous pression des Américains ?

Des sources fiables marocaines font part d'une visite du Premier ministre israélien au Maroc en mars prochain, au cours de laquelle Benyamin Netanyahu entend présenter sa "médiation" entre Rabat et le conseiller américain à la Sécurité nationale sur la question du Sahara et cela bien sûr en faveur d'Israël.

 

 

Mots clés

commentaires