Mar 12, 2019 19:58 UTC
  • Alger-Caracas-Khartoum: la Chine frappée

Le changement de régime en Algérie risque d’entraîner des événements tragiques puisqu’un citoyen ordinaire ne comprend pas souvent comment il est instrumentalisé sans le savoir par les fomenteurs de complots étrangers.

Le site web algérien dzayerinfo a publié, ce mardi 12 mars, dans son éditorial, un article intitulé « Le régime Bouteflika connaîtra-t-il le sort de Kadhafi ? L’Algérie, deviendra-t-elle une scène de conflit entre les USA et la Chine ? »

« Les Algériens se sont très bien comportés jusqu’ici, ayant vivement rejeté toute ingérence étrangère dans la crise pesant sur leur pays. Ils savent très bien qu’il faut laver son linge sale en famille. Or, quoique les Algériens fassent preuve d’un comportement exemplaire et malgré leurs revendications légitimes, les étrangers pourront-ils facilement rester en dehors de la crise qui règne actuellement en Algérie ?

En Algérie, certains pensent que le pays a une trop grande dépendance envers les États-Unis et la France, mais la bonne nouvelle est que l’influence de la Chine s’est renforcée pendant les quinze dernières années en Algérie. D’où la détérioration des relations entre Paris et Alger. En septembre 2018, le gouvernement algérien a adopté une décision qui n’a pas été prise au sérieux par les Algériens ; il a décidé de rejoindre le projet économique géant de la Chine surnommé “la Route de la soie”, la décision qui a fait d’Alger un grand allié économique de Pékin. Une telle évolution, en pleine guerre commerciale opposant la Chine aux États-Unis, sera-t-elle facilement acceptée par Washington ?

La deuxième question qui mérite une réflexion profonde est la suivante : pourquoi les tentatives de renverser les régimes au Venezuela, au Soudan et en Algérie sont-elles simultanées ? Est-ce un simple accident ou s’agit-il d’un scénario plus important qu’un simple groupe de citoyens déçus voulant un changement de régime dans leur pays ?

Là, il est important de souligner que toutes les revendications des citoyens algériens en colère sont légitimes. Cependant, une autre question se pose ici ; qui tire le plus profit de la chute de l’actuel État algérien ? La mise en place d’un État démocratique ou bien semi-démocratique profiterait certainement à la nation algérienne, mais ça serait Washington qui s’en frotterait les mains. Ce dernier n’acceptera jamais qu’un pays africain, étant avant tout la porte de l’Afrique vers l’Europe, soit exploité par les Chinois. Cela dit, les actuelles manifestations populaires, bien qu’elles aient vu le jour pour protester contre une corruption qui s’est étendue dans tous les organismes de l’État algérien, seront, tôt ou tard, canalisées par la Maison-Blanche qui souhaite la formation d’un nouvel État algérien à l’abri de l’influence russe et chinoise. 

Il est à rappeler que l’une des raisons les plus importantes de la chute du régime de Mouammar Kadhafi en Libye était les efforts de ce dernier pour diminuer la dépendance de son pays au dollar. Si les Américains passent à l’acte pour renverser le régime en Algérie, comment réagira l’axe Chine-Russie-Iran ? L’Algérie deviendra-t-elle une nouvelle Syrie où les Chinois et les Russes seront confrontés les Américains ? »

 

Mots clés

commentaires