Apr 23, 2019 18:50 UTC
  • La Libye, le Yémen de la Méditerranée?

Des témoins oculaires ont fait état d’une forte explosion survenue mardi soir à Tripoli, capitale de la Libye. C’est un avion de chasse qui aurait mené des frappes contre un dépôt de munitions dans la ville de Janzur, à l’ouest de la capitale, rapporte la chaîne Al-Arabiya.

Les sources libyennes affirment que l’appareil a frappé la ville de Janzur seulement quelques minutes après son décollage.  

Depuis le centre de commandement de sa base militaire à Benghazi et avec le soutien de l’Arabie saoudite, des EAU et de l’Égypte, le maréchal Khalifa Haftar, le chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), a donné l’ordre, le jeudi 4 avril, à ses troupes d’entrer à Tripoli.

Les violences se sont intensifiées après l’annonce vendredi par la Maison-Blanche d’un entretien téléphonique entre le président Donald Trump et Khalifa Haftar.

Selon le site Arabi 21, avec des vidéos à l’appui, les forces loyales à Haftar exécutent leurs prisonniers. En effet, celles-ci se sont exprimées dans une vidéo sur la façon dont elles traitent leurs détenus. On y voit Hossein Chatibeh, un des commandants de l’armée du gouvernement d’union nationale (GNA), emprisonné dix jours auparavant par les troupes de Haftar. Une dizaine de jours après la diffusion de la vidéo, le corps de Chatibeh a été retrouvé parmi neuf autres cadavres dans un village au sud de la ville de Garyan près de Tripoli.

Les crimes des forces du maréchal Haftar ne se résument pas à des exécutions publiques. Elles vont jusqu’à filmer les cadavres, dont celui d’un adolescent auquel ils n’hésitent pas à donner des coups de pied, comme peuvent l’attester les images.

D’après l’Organisation mondiale de la Santé, la Libye est au bord d’une catastrophe humanitaire. Elle dénombre 254 morts et 1 228 blessés depuis le début des hostilités, et des dizaines de milliers de personnes sont menacées d’exil.

Les Émirats arabes unis sont directement accusés de complicité avec le maréchal Haftar dans le bombardement aérien de Tripoli au cours de laquelle de nombreux civils, dont des enfants, ont trouvé la mort. Ils ont fourni des avions et des drones à l’ANL.

L’ONU a condamné l’implication des EAU dans le conflit libyen.

 

Mots clés

commentaires