Sep 10, 2019 19:47 UTC

Les forces de l’armée nigérianes ont tué trois personnes en deuil en ce jour de l’Achoura. L’armée nigériane, largement influencée par l’Arabie saoudite, a ouvert le feu sur les fidèles, ce mardi 10 septembre.

Les forces de l’armée nigérianes ont attaqué les personnes en deuil qui commémoraient le martyre de l’imam Hossein en ce jour de l’Achoura, faisant au moins trois morts et plusieurs blessés.

Les personnes en deuil ont été attaquées dans des villes et des villages de quatre États, dont Kaduna, dans le nord du Nigeria.

Trois personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées suite à la répression.

Les forces nigérianes ont également utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les processions.

Des témoins oculaires à Abuja ont déclaré que les forces de l’armée avaient bloqué des avenues pour empêcher les personnes en deuil de prendre part aux processions.

Les musulmans pleurent chaque année le martyre de l’imam Hossein et de ses 72 compagnons lors de la bataille de Karbala, en 680 apr. J.-C.

Citant ses sources, la Commission islamique des droits de l’homme a déclaré, la semaine dernière, que la police nigériane se préparait à empêcher et à perturber les processions.

Le gouvernement nigérian a interdit le Mouvement islamique du Nigeria et a incarcéré son dirigeant, le cheikh Ibrahim Zakzaky.

L’armée nigériane a attaqué les membres du Mouvement islamique du Nigeria en 2015 alors qu’ils organisaient des processions religieuses. Abuja a prétendu que les musulmans auraient bloqué un convoi du ministre nigérian de la Défense. Le mouvement a catégoriquement rejeté cette accusation et déclaré que le convoi avait volontairement croisé la route des personnes participant à la procession pour créer un prétexte légalisant cette attaque.

 

Mots clés

commentaires