Le Guide suprême de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Khamenei, a accordé, ce mercredi 13 septembre, une audience au Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique dans sa nouvelle composition.

Lors de cette audience, le Guide suprême de la Révolution islamique a jugé « précieuse » l’initiative du fondateur de la Révolution islamique, l’Imam Khomeini, de mettre sur pied le Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique :

« Le Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique assume trois importantes responsabilités : discerner le bien, donner des conseils pour déterminer les politiques générales et avancer des solutions pour les problèmes du pays. Le Conseil doit réfléchir et agir d’une manière à 100 % révolutionnaire et il doit rester révolutionnaire. »

L’honorable Ayatollah Khamenei a rappelé la responsabilité très délicate et sensible du Conseil, qui consiste à discerner et à faire le bien, ajoutant que le Conseil, quand il préfère l’avis de l’Assemblée islamique à celui du Conseil des gardiens de la Constitution, lorsqu’il y voit un bien important, doit faire attention à ce que ce bien, appelé secondaire, soit très important, réel et évident. Ce bien devra alors être exécuté, avec l’approbation de la majorité absolue des membres du Conseil, pour une période prédéterminée et temporaire.

« L’exécution d’un bien devra être fondée sur une vision à long terme et non pas sur une vision au jour le jour. Et pour discerner ce bien, il revient à tous les membres, y compris les jurisconsultes du Conseil des Gardiens, de s’adonner à des discussions précises, exhaustives et argumentées. Pour assumer sa deuxième responsabilité, qui est de donner des conseils au leadership pour déterminer les politiques générales de l’Ordre, le Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique devra réaliser des évaluations rigoureuses et multidimensionnelles. Les politiques générales tracent la feuille de route de l’Ordre sur diverses questions et elles sont de nature très importante. Il faut discerner les politiques générales en distinguant entre les questions structurelles et à long terme et les questions conjoncturelles. Il se peut que certaines des politiques générales aient besoin d’être révisées et mises à jour et que d’autres soient abandonnées. » 

Le Guide suprême de la Révolution islamique a appelé le Conseil à faire preuve de fermeté en adoptant les politiques générales et à se lancer dans un débat serein, argumenté et détaillé.

« Agissez de sorte que les politiques générales soient dynamiques, cohérentes, claires et efficaces pour que ces politiques n’aient pas besoin, après un certain temps, d’être modifiées ou révisées », a-t-il dit en s’adressant aux nouveaux membres et au président du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique.

Le leader a également mis l’accent sur la transparence et le caractère péremptoire des politiques générales, ainsi que sur le refus de s’ingérer dans les modalités de leur mise en œuvre.

Pour l’honorable Ayatollah Khamenei, « il est très important que les politiques générales de l’Ordre soient incorporées dans les lois, les politiques et les activités du gouvernement, du Parlement et des autres pouvoirs et organes en charge ».

« Ce sont les politiques générales qui tracent le cadre de toutes les mesures exécutives et législatives du pays et le gouvernement, le Parlement et tous les organes devront agir en parfaite conformité avec ces politiques. Le Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique nous rappelle le souvenir du grand Imam et il est un acquis de la Révolution, d’autant plus qu’il exerce un impact très important sur le processus de gestion du pays. Il doit être donc totalement soumis aux pensées de l’Imam Khomeiny et aux principes de la Révolution. Le Conseil doit réfléchir et agir d’une manière révolutionnaire, et qu’il n’adopte aucune résolution, ne prenne aucune position et ne procède à aucune mesure contraire aux principes de base de la Révolution et au précieux héritage de l’Imam. »

L’honorable Ayatollah Khamenei a ensuite rendu hommage aux différents traits de la personnalité de l’Ayatollah Hashemi Shahroudi, président du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique, et a remercié les efforts des membres actifs du conseil. Il a ajouté que la présence de nouveaux membres dans ce conseil signifiait « du sang neuf », « une force accrue » et « une source d’espoir ».

Le Guide suprême de la Révolution islamique a évoqué le souvenir des défuntes figures de proue du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique, notamment M. Hachemi Rafsandjani et MM. Vaëz Tabassi, Asgaroladi et Habibi.

« M. Hachemi Rafsandjani assumait ses responsabilités, pendant de longues années de direction, avec force, pertinence et sagesse », a-t-il affirmé.

Avant le discours du Guide suprême de la Révolution, l’Ayatollah Hashemi Shahroudi, président du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique, a déclaré que ce conseil avait été mis sur pied grâce à la vigilance et la vision globalisante du défunt Imam et que ce conseil avait joué un rôle majeur, durant différentes périodes, dans le règlement des problèmes du pays et l’adoption des grandes lignes politiques.

Selon l’Ayatollah Shahroudi, le conseil est le bras du leadership dans l’adoption des politiques générales.

Il a souligné que l’accomplissement à la lettre des responsabilités délicates qui incombent au conseil nécessitait une coopération entre tous les pouvoirs et les piliers de l’Ordre.

Sep 13, 2017 14:27 UTC
commentaires