• Le Leader reçoit les habitants de Qom

Le Leader de la Révolution islamique, l'Ayatollah Khamenei, a reçu en audience les habitants de Qom, ville qui abrite l'une des principales écoles théologiques du monde. Cette rencontre a eu lieu à l'occasion du soulèvement de la population de cette ville le 9 janvier 1978 contre le régime de Shah.

La révolte a fait suite à la publication d'un pamphlet dans l'un des journaux de grand tirage de l'époque, pamphlet qui visait le défunt fondateur de la Révolution islamique, l'imam Khomeini. 

Au cours de cette rencontre, l'Ayatollah Khamenei a souligné le grand bouleversement que fut la révolution islamique en Iran, "révolution qui a privé l'ennemi de ses tentacules politiques en Iran" : " Les agissements ennemis dont nous sommes témoins depuis 40 ans, constituent en effet une contre-attaque à ce premier grand bouleversement qui a déraciné l'ennemi. Cet ennemi qui ne cesse de multiplier les attaques, bien que ses tentatives se heurtent à chaque fois à un grand rempart, celui du large soutien populaire et national (dont bénéficie la révolution islamique)". 

L'Ayatollah Khamenei est revenu sur les troubles de la fin décembre 2017 en Iran qui sont loin " d'être une simple protestation sociale", identique à "celles qu'on voit ailleurs" et de poursuivre :" Notre nation a prouvé aux Américains , aux Britanniques et à leurs éléments à l'étranger qu'ils ne peuvent rien contre sa révolution, ni maintenant, ni dans le futur". 

Le Leader de la Révolution a évoqué plus loin la distinction qui est faite entre " les revendications légitimes et justes de la population" et " les violences gratuites, la casse et la destruction"  : " Que les gens se rassemblent quelque part pour exprimer leur mécontentement et revendiquer leurs droits, est une chose, mais que certains veuillent en tirer profit pour insulter le Coran, l'islam ou mettre le feu au drapeau national et aux mosquées, c'en est une autre". 

"Les Iraniens se sont opposés en masse dès le 1er janvier (début des troubles, NDLR) à ces violences. La ténacité des agitateurs les a poussés à descendre dans la rue, depuis cette date et presque tous les jours. Cela a été le cas dans toutes les grandes villes, Qom, Hamadan, Kermanchah, Ispahan, Tabriz, Shiraz... Cette vaste mobilisation n'a de paire dans aucun autre pays du monde. 40 ans après la victoire de la Révolution islamique les Iraniens se mobilisent avec le même enthousiasme, le même sens de responsabilité qu'aux premiers jours de la révolution...car il y a là une vraie bataille, bataille de tout un peuple contre ses ennemis,  bataille de l'Islam contre l'anti-islam, une bataille qui se poursuivra encore". 

L'Ayatollah Khamenei a souligné la "responsabilité" de toutes les instances dirigeantes du pays dans les difficultés économiques que connait la population avant d'affirmer: " Des revendications devraient être exprimées et entendues et les problèmes doivent être réglés. Ceci dit, que les fauteurs de trouble incendient, cassent ou insultent la religion ou l'Ordre islamique, cela ne peut être spontané. Un triangle a agi dans l'ombre de ces agissements et de façon bien organisée". 

Basé sur des "renseignements fiables", le Leader de la RI a expliqué ensuite : "Il s'agit d'un plan auquel travaillent depuis des mois Américains et Sionistes et qui prévoit d'embraser les petites villes du pays avant de s'approcher du centre. L'une des cotes de ce triangle se place sur le littoral sud du golfe Persique dont les pays possèdent l'argent. Les Américains ne mettront pas la main à la poche tant qu'il y a ces émirats dépensiers. Quant à la troisième cote, ce sont les terroristes du groupuscule des Monafeghin ( Mojaheddin du peuple, NDLR). Cela fait d'ailleurs des mois que ces terroristes s'affichent avec les Américains. Leur mission?  Choisir des éléments en Iran, en faire des meneurs et les charger de lancer des appels au rassemblement, sous labelle bien séduisant de "non au chômage, non à la cherté de vie". Les iraniens ont d'abord suivi le mouvement mais dès que les violences ont éclaté, ils ont séparé leur chemin".     

Détails à suivre 

 

Jan 09, 2018 08:25 UTC
commentaires