Dec 09, 2018 06:15 UTC
  • Iran-Russie balaient le dollar!

« L’Iran et la Russie sont résolus à contrer les sanctions unilatérales des États-Unis. Par contre, les Européens n’ont pris aucune mesure pratique face aux sanctions anti-iraniennes de Washington », a fait savoir l’ambassadeur de Russie en Iran.

L’ambassadeur russe à Téhéran Levan Jagarian a souligné que l’Iran et la Russie, partageant de nombreux intérêts communs, sont tous les deux dans un même bateau. S’attardant sur le mécanisme européen après le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, il a souligné que rien de bon ne s’était passé et que les promesses des Européens n’ont pas été tenues.

« Ils auraient dû dévoiler leur paquet de mesures avant la restauration du deuxième train de sanctions US contre l’Iran, mais sans résultat. Lors des consultations avec la partie russe, les Européens ont annoncé avoir tenté de présenter un véhicule financier « Special Purpose Vehicle » (SPV), mais ils n’ont pas encore précisé de date pour son entrée en vigueur », a-t-il indiqué.    

Interrogé pour savoir jusqu’où la Russie résistera face aux sanctions US pour soutenir l’Iran, M. Jagarian a affirmé : « Le président russe, Vladimir Poutine, juge illégales les sanctions unilatérales des USA contre l’Iran et elle les condamne. »

Qualifiant de sans fondement, les allégations et prétextes américains au sujet des activités balistiques et régionales de l’Iran, le diplomate russe a précisé que le programme balistique iranien n’avait rien à voir avec l’accord nucléaire.

Leurs allégations à propos de la présence de l’Iran dans la région sont également dépourvues de sens, puisque les Iraniens ont, à maintes reprises, affirmé qu’ils étaient prêts à coopérer et négocier au sujet des questions régionales. La position de Téhéran envers la crise yéménite témoigne du fait qu’il prône pour la coopération et le principe du dialogue. 

Pour ce dernier, l’échange commercial irano-russe avec la monnaie nationale constitue un pas important face aux sanctions unilatérales américaines. « La décision des deux pays de faire des échanges commerciaux avec leur monnaie nationale est un pas crucial dans la suppression du dollar et l’allègement de la pression américaine », a-t-il dit avant d’ajouter que Téhéran et Moscou réalisent 25% de leur commerce bilatéral par leur monnaie nationale et que ce processus se poursuivra.

Il a également déploré l’instrumentalisation du dollar par les États-Unis pour intensifier les pressions politique et économique contre d’autres pays.

Mots clés

commentaires