Dec 15, 2018 14:30 UTC
  • Chabahar frappée: la Russie visée !

Il existe un lien direct entre la sécurité en Iran et les intérêts russes, a estimé un expert russe des questions politiques.

En allusion au projet du Corridor Nord-Sud, l’expert russe des questions politiques, Kamran Gassanov a déclaré que l'attentat terroriste qui a frappé le 6 décembre un poste de police à Chabahar au sud-est iranien avait également porté atteinte aux intérêts de la Russie.

Kamran Gassanov, expert russe des questions politiques auprès de la chaîne de télévision Tsargrad a évoqué l'attentat terroriste à Chabahar pour dire :

« Cet incident a également porté préjudice aux intérêts russes dans le cadre du projet Nord-Sud ».

Le corridor Nord-Sud englobe des branches intercontinentales longues de plusieurs milliers de kilomètres qui relient des dizaines de pays éloignés d’Asie et d’Europe. Il compte parmi les canaux de transport les plus importants au monde du point de vue économique.

« Le projet Nord-Sud est un programme régional visant à développer les itinéraires commerciaux de la Russie, de la République d’Azerbaïdjan et de l'Iran. Les marchandises devraient être acheminées par les ports iraniens de Bandar Abbas et Chabahar vers le port indien de Mumbai », a-t-il expliqué. Et de poursuivre : « Chabahar se situe au milieu de deux corridors de transit, notamment Nord-Sud et Nouvelle route de la soie, qui est à la fois un ensemble de liaisons maritimes et de voies ferroviaires entre la Chine et l'Europe passant par le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni. Le renforcement des mesures de sécurité sur cet axe a touché les intérêts de la Chine et menace les efforts de ces trois pays qui mènent une coopération dans le cadre du programme Nord-Sud ».

Plus loin dans ses propos Gassanov a affirmé:

« "Moscou" et "Téhéran" ne coopèrent pas simplement en Syrie. Ils assument également la sécurité du Caucase et de l'Asie centrale, d’autant plus que le maintien de la stabilité en Iran ira dans l'intérêt de la Russie ».

L’attentat de Chabahar, a-t-il ajouté, a eu lieu le 6 décembre où l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, OPEP tenait une réunion au cours de laquelle l'Arabie saoudite a appelé à de nouvelles restrictions sur l'extraction de pétrole, tandis que l'Iran tient à maintenir le statu quo.

« Le samedi 22 septembre, une fusillade a été perpétrée par le groupuscule terroriste "Al-Ahwaziya" à Ahvaz dans la province du Khouzestan dans le sud-ouest iranien. La récente attaque terroriste a également eu lieu dans le sud du pays », a-t-il commenté.

Selon cet expert russe, les attaques terroristes à Ahvaz et à Chabahar ont un protecteur dont l’objectif est de créer une instabilité en Iran et de répandre le sentiment d'insécurité et d'inquiétude parmi la population.

Il a ajouté que ces évolutions étaient dans le cadre des intérêts des pays qui sont contre le renforcement de l’influence de l’Iran au Moyen-Orient, parmi lesquels on peut citer l’Arabie saoudite, le régime israélien et les États-Unis.

Cet expert russe a tenu à préciser que l’administration Trump avait cherché dès le début à affaiblir l'Iran et que le rétablissement des sanctions économiques contre ce pays allait dans le même sens.

« Quelques jours avant l'attaque terroriste de Chabahar, les médias ont rapporté le déploiement des navires de guerre américains dans le golfe Persique », a-t-il fait savoir et de conclure : « Le régime de Tel-Aviv qui s’est affaibli en raison de la livraison des S-300 à la Syrie n’est plus en mesure de prendre pour cible des positions du mouvement de la Résistance islamique du Liban, le Hezbollah c’est la raison pour laquelle il cherche également à saboter la sécurité de l’Iran ».

Mots clés

commentaires