Dec 15, 2018 17:54 UTC
  • Téhéran: nos missiles ne sont pas négociables

Réagissant aux allégations américaines sur la violation par l’Iran de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies, le ministre iranien des Affaires étrangères a affirmé en marge du Forum de Doha que Washington qui a ouvertement violé cette résolution n’est pas bien placé pour en parler.

À l’issue du Forum de Doha au Qatar, Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères a participé à une conférence de presse.

« Le président américain, Donald Trump a accusé l’Iran d’avoir violé la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies pour avoir effectué des tests de missiles balistiques. Quelle est votre réponse?", a interrogé le correspondant de la chaîne al-Jazeera.

Le chef de la diplomatie iranienne s’est exprimé en ces termes : «Tout d'abord, les missiles iraniens sont destinés à défendre le pays et nous en avons besoin pour dissuader l’ennemi d’attaquer. Nous dépensons moins d'argent pour notre défense militaire que n’importe quel autre pays de la région. C’est pourquoi nous disons depuis le début que nos missiles ne sont pas négociables ».

« Deuxièmement, en sortant de l’accord nucléaire, les États-Unis ont violé ouvertement la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies. Ils ne sont donc pas bien placés pour en parler car ils ont tenté de détruire cette résolution. Mais, il faut le rappeler qu'en dépit de leurs tentatives, cette résolution est toujours applicable », a précisé Zarif.

« Le troisième point, c’est que la résolution 2231 n’a pas interdit à l’Iran d'effectuer des tirs d'essai de missile. Elle a interdit les tests de missiles balistiques capables de transporter une ogive nucléaire. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a confirmé que toutes les activités nucléaires iraniennes sont à vocation pacifiques », a indiqué le chef de la diplomatie iranienne.

Mots clés

commentaires