Dec 15, 2018 18:50 UTC
  • Apache iranien bien meilleur qu'Apache

Le commandant de l’aviation de l’armée de terre de la République islamique d’Iran a fait état des projets de l’industrie de défense pour concevoir et fabriquer des hélicoptères modernes.

Le général Youssef Ghorbani a déclaré ce samedi que l’industrie de défense et les centres de recherche aéronautique de l’Iran se lançaient dans des projets de conception et de fabrication d'hélicoptères « plus modernes que l’hélicoptère russe, Kamov Ka-52 et l’hélicoptère américain, Apache ».

Évoquant des nouvelles menaces sécuritaires au niveau régional et extra-régional, le commandant de l’aviation de l’armée de terre a fait état aussi de l’élaboration de « jeux de guerre », à savoir des simulations militaires permettant de tester et de perfectionner les théories de la guerre. « Nous redéfinissons nos besoins technologiques en fonction de nouvelles menaces proférées par nos adversaires », a souligné le général Ghorbani.

En allusion aux progrès acquis dans le domaine de l’aéronautique militaire, le général Ghorbani a ajouté : « Sans nous contenter de nos progrès déjà acquis, nous comptons sur nos expériences et le travail de nos jeunes talents pour moderniser l’aviation de l’armée de terre afin de concevoir et de fabriquer des hélicoptères plus modernes que le Kamov Ka-52 ou l'Apache. Dans le cadre de projets se déroulant sur cinq ans, nous équiperons nos hélicoptères de systèmes plus modernes afin d’améliorer nos standards technologiques et augmenter notre force de combat. »

Le général Ghorbani a évoqué aussi le haut niveau du savoir-faire iranien dans le domaine de la fabrication des pièces de rechange et de la maintenance des hélicoptères militaires.

Le commandant de l’aviation de l’armée de terre a déclaré que la base militaire Vatanpour à Ispahan était le centre le plus moderne de la formation des pilotes d’hélicoptère de l’Asie de l’Ouest. « Ce centre envisage des projets de formation pour les jeunes pilotes des pays voisins et amis », a-t-il ajouté.

Mots clés

commentaires