Jan 23, 2019 07:47 UTC
  • Moscou boude le sommet de Varsovie

Moscou estime que le sommet anti-iranien de Varsovie nuit à la sécurité de la région.

Le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU a qualifié d’iranophobe le somme de Varsovie, affirmant qu’il perturberait la sécurité de la région.

Lors d’une interview mardi avec l’agence de presse officielle iranienne, IRNA, Vassily Nebenzia a déclaré que la Russie n’assisterait pas au sommet de Varsovie. Il a souligné que ce sommet était focalisé sur une approche unilatérale.

« Moscou détient des informations selon lesquelles certains pays ont été forcés d’assister au sommet de Varsovie », a-t-il fait savoir.

Soulignant que l’Iran fait partie de l’un des pays les plus importants de la région, Vassily Nebenzia a indiqué que l’accès à la sécurité durable dans la région serait possible avec le multilatéralisme et la coopération internationale.

« Il n’est pas possible de tracer une véritable architecture de sécurité de la région sans résoudre l’affaire palestinienne, ce qui devrait être la priorité politique la plus sérieuse des pays de la région », a-t-il réitéré.

Le chargé d’affaires polonais à Téhéran, Wojciech Unolt, a été convoqué au ministère des Affaires étrangères à la suite de l’annonce de la tenue les 13 et 14 février prochain d’une réunion au niveau ministériel en Pologne.

Téhéran a adressé le dimanche 13 janvier, une note de protestation à Varsovie pour son ralliement à la politique anti-iranienne des États-Unis. La Pologne s’apprête à organiser à la demande de Mike Pompeo un sommet anti-iranien sur son territoire.

Plus tôt, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a vivement dénoncé le geste de la Pologne et sa soumission aveugle à la politique iranophobe des États-Unis, alors que l’Iran avait accueilli 100.000 ressortissants polonais, des rescapés de la Seconde Guerre mondiale.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre des tentatives sournoises américaines entreprises ces derniers mois pour mettre en place une politique anti-iranienne.

 

Mots clés

commentaires