Feb 11, 2019 13:38 UTC

Au sommaire : 1- Égypte/France : le Rafale qui fait peur !

Un avion de combat Dassault Rafale s’est écrasé en Égypte lors de la visite d’Emmanuel Macron au Caire, les 28 et 29 janvier 2019, selon le site d'actualité en ligne Mediapart.

Ce crash gardé secret par Paris et Le Caire mettrait en péril le contrat de livraison des Dassault Rafale à l’Égypte, estimé à 6,8 milliards de dollars US et payés par Riyad.

Si le silence des médias égyptiens est fort aisément compréhensible puisque la liberté d’expression et toute forme de démocratie même de façade ont été totalement interdites par le maréchal Abdel Fattah Al-Sissi, un putschiste devenu l’un des plus ultras des dictateurs d’Afrique et du Moyen-Orient, le fait qu’aucun autre média français hormis Mediapart, n’a osé enquêter sur le sujet en dit long sur l’état de la liberté d’expression en France sous le régime Macron.

Côté Arabe, on a donné le nom du pilote tué dans le crash du Rafale égyptien, il s’agit du commandant Mohtady Al-Chazly et il aurait été enterré à El-Bagour dans le gouvernorat de Manoufié.

Source : Strategika51.blog

2- L'Ukraine s'accroche à son arsenal soviétique !

L’armée ukrainienne se renforce avec des S-300 et S-125 datant de l’époque soviétique.

L’armée ukrainienne s’est dotée d’anciens missiles de fabrication soviétique qu’elle remet en service une trentaine d’années après la désintégration de l’URSS.

Les troupes ukrainiennes ont reçu des missiles sol-air S-300, S-125 et Bouk, remis en état de fonctionnement, a fait savoir le service de presse du ministère ukrainien de la Défense.

Le ministère justifie le « renforcement » de l'armement ukrainien par la menace que représenterait la Russie. D'après Kiev, Moscou continue de militariser la Crimée et augmente la concentration de la quantité d'armements près de la frontière avec l'Ukraine.

La Russie n'a jamais menacé l'Ukraine de guerre totale et son armée n'est pas présente sur le territoire ukrainien.

Source : Sputnik

3- Gilets jaunes à Marseille : marche nationale pour le RIC

Des Gilets jaunes du sud-est de la France, demandant un « RIC sans restriction » (référendum d’initiative citoyenne), vont s’élancer dans « une marche pacifiste » jusqu’à Paris où ils espèrent être rejoints par des cortèges d’autres régions, ont annoncé vendredi à Marseille une dizaine d’entre eux.

Le premier départ sera donné dimanche du Boulou, dans les Pyrénées-Orientales, à la frontière avec l’Espagne par cinq à six Gilets jaunes, alors qu’un deuxième groupe d’une dizaine de personnes s’élancera le 16 février de Marseille.

Les deux groupes se retrouveront le 19 février à Avignon pour ensuite converger vers Paris le 17 mars.

« Nous sommes en contact avec d’autres colonnes de gilets jaunes partant de Bretagne, de Dunkerque, Bordeaux ou encore Strasbourg afin qu’ils nous rejoignent à la capitale », a assuré Sarah Chabut, « gilet jaune » de Bagnols-sur-Cèze en Gard lors d’une conférence de presse.

Avec des étapes de 25 à 35 km, « les marcheurs » qui seront hébergés et nourris sur leur parcours par des « gilets jaunes » disent également vouloir défendre l’environnement.

« Macron n’a rien fait pour l’écologie et a déçu tout le monde », estime Michaël rappelant la phrase prononcée par le président de la République : « Make the planet great again ».

Source : 20 Minutes avec AFP

4- Gilets jaunes : le Leader interpelle Paris !

Le Leader de la Révolution islamique, l'Ayatollah Khamenei a évoqué la répression des manifestations en France et les protestataires qui se font éborgner dans les rues de Paris.

Ce vendredi 8 février, devant un groupe de pilotes et de commandants de la Force aérienne de l’armée iranienne, le Leader de la Révolution islamique a évoqué les protestations des Gilets jaunes contre les politiques du président français Emmanuel Macron, qui se poursuivent depuis déjà 13 semaines et qui ont été réprimées par les forces de police.

 

Mots clés

commentaires