Feb 21, 2019 10:09 UTC
  • Route de la soie: l'Iran y adhère officiellement

Le président du Parlement iranien souligne que l’AIEA a confirmé à 13 reprises l’engagement total de l’Iran à l’accord sur le nucléaire avec les grandes puissances (PGAC), tandis que les États-Unis se sont retirés de cet accord sous des faux prétextes et encouragent les autres signataires à en sortir aussi. 

Participant à un forum, le mercredi 20 février, à l’Université Renmin de Chine à Pékin, M. Ali Larijani a annoncé que la République islamique d’Iran soutenait les principes de non-ingérence et du respect de la souveraineté nationale des nations souveraines, en mettant en garde contre le soutien de Washington aux organisations terroristes pour renverser les gouvernements légitimes dans divers pays du monde comme l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie ou la Libye.

Le président du Parlement iranien a aussi condamné la politique américaine d’imposer unilatéralement des sanctions économiques et des taxes aux autres pays comme la Chine et l’Iran.

« Les grandes civilisations comme la Chine et l’Iran n’accepteront jamais l’unilatéralisme américaine. Aujourd’hui, l’entité sioniste d’Israël, qui n’est pas un véritable État mais une bureaucratie du mal, cherche à semer le chaos au Moyen-Orient afin de pouvoir bafouer les droits du peuple opprimé palestinien dans le cadre du projet américain "Deal du siècle" », a déclaré Ali Larijani en appelant la communauté internationale à une action conjuguée contre ce projet diabolique pour sauver la paix et la stabilité régionale et internationale.

Quant au projet chinois de « La Ceinture et la Route » (Nouvelle Route de la soie), Ali Larijani a déclaré que la République islamique d’Iran était prêt à coopérer avec le pays ami et frère, la Chine, dans divers volets de ce grand projets dont les infrastructures, l’énergie et le transport.

Il a affirmé que le projet de « La Ceinture et la Route » se fondait sur trois fondements: le dialogue, les intérêts communs et la coopération de toutes les nations sur la base de l’État de droit et le multilatéralisme pour assurer les intérêts communs de toutes les parties dans le cadre d’un projet gagnant-gagnant: « Aujourd’hui, certaines grandes puissances nient les droits d’autres nations et cherchent à étendre leur domination idéologique et intellectuelle sur le monde en prétendant que le modèle qu’ils préconisent serait l’unique modèle de développement pour toutes les sociétés. Dans ce contexte, un projet comme celui de "La Ceinture et la Route" contribuera au développement des liens parmi les nations afin qu’elles créent une voie menant à plus de compréhension réciproque. »

Mots clés

commentaires