Mar 14, 2019 10:10 UTC
  • Golan: guerre anti-Israël sans Assad ?!

En Israël, c'est la brouille totale: la visite exceptionnelle du président Rohani en Irak, qui de l'aveu même des analystes américains est de nature à sonner le glas de la présence des bases militaires permanentes US en Irak, a provoqué un véritable séisme en Israël.

Il est vrai que combiné à la royale défaite israélienne en Syrie et aux scores de misères de Benjamin Netanyahu à l'approche des élections, la situation est plus que désespérée pour l'axe Washington-Tel-Aviv. Que faire donc ? Déclencher une guerre serait sans doute la première idée à traverser l'esprit des stratégies de pacotille à Tel-Aviv ou encore à Washington. Mais où ? À Gaza ou en Cisjordanie. Il est hors de question que Netanyahu risque sa peau vu ses retards dans les sondages et sa mauvaise presse auprès des colons. Autant se tourner donc vers le Golan occupé que l'administration US croit pouvoir rendre "israélien", en en détachant le terme "occupé" dans quelques rapports écrits ou en poussant des faucons comme Lindsey Graham à en réclamer l'annexion par Israël. 

Ainsi, la direction du renseignement militaire israélien, rapporté par DEBKAfile, annonce la découverte d'une unité baptisée "Dossier du Golan" dans le Golan, unité liée au Hezbollah et qui, chose saugrenue, agirait à l'insu du président Assad dans le strict objectif de préparer la guerre "Hezbollah-Iran" contre Israël.  

"Nous avons ouvert une enquête sur le projet de création d’une organisation spéciale au Golan par le Hezbollah libanais dont le président syrien Bachar al-Assad n'a même pas connaissance. ll s'agit d'une nouvelle unité créée dans le seul but d'ouvrir un nouveau front contre Israël", croit savoir le porte-parole de l'armée israélienne, Avichay Adraee, qui s'exprime via son compte Twitter avant d'ajouter: "L'armée israélienne a mis au jour une tentative de l'axe chiite d'implanter une unité secrète qui doit être dotée de capacités plus grandes que par le passé, afin d'opérer contre Israël à partir de la partie syrienne du plateau du Golan."  

Avichay Adraee n'explique évidemment pas ce qu'il entend par le terme "axe chiite" et ne va pas jusqu'à citer l'Iran, grand allié et soutien du Hezbollah, mais tout le monde comprend qu'il s'agit effectivement de l'Iran qui, dans l'esprit de l'Israélien, opérerait au Golan indépendamment de Damas comme si l'État syrien n'était pas le seul dépositaire du droit iranien et hezbollahi à rester en Syrie.

Faisant un effort d'imagination supplémentaire, les Israéliens avancent le nom d'un supposé commandant du Hezbollah qui, chargé par la force Qods iranienne, a pour mission d'ouvrir le front du Golan. Ce commandant a pour nom Ali Musa Dakdouk. On apprend par la suite qu'il est libanais, et qu'il avait été capturé en 2007 en Irak par l'armée américaine qui le soupçonnait d'avoir éliminé cinq soldats occupants US, mais que la justice irakienne l'a relâché en 2012, faute de preuves.

Pour le lecteur d'un aussi rocambolesque récit, un premier élément reste à retenir: tout en essayant de mettre de côté Damas et Bagdad, soit deux des principales composantes de l'axe de la Résistance, cette soi-disant révélation tend à justifier des frappes à la fois contre le Hezbollah mais aussi contre la Résistance irakienne, frappes dont a besoin Netanyahu pour remporter les législatives. 

Se référant à cette information, DEBKAfile, site proche du renseignement de l'armée sioniste, va de son commentaire: "L'opération israélienne Bouclier du Nord qui visait à éliminer des tunnels transfrontaliers du Hezbollah n’a eu que peu d’effets sur l’équilibre des forces entre Israël et le Hezbollah. Elle ne jouera donc pas en faveur de Netanyahu. D'où son stratagème d'annoncer la découverte d'une cellule d'opération du Hezbollah au Golan qui, espère-t-il, contribuera à sa victoire, vu qu'elle s'entoure d'une campagne boostée  par les sénateurs américains Lindsey Graham et Ted Cruz, laquelle est destinée à faire reconnaître par le Congrès l'annexion du Golan.

Le site en rajoute une couche: "Mais il y a un autre facteur militaire à l'œuvre. Les forces américaines en Syrie et en Irak se prépareraient à agir contre les forces irakiennes pro-Iran positionnées dans l'ouest de l'Irak et l'est de la Syrie."

Réelle volonté de guerre ou coup de pub pro-Netanyahu de plus ? Même DEBKAfile ne croit pas Israël capable de déclencher une guerre, même avec les États-Unis à ses côtés. Il y a quelques jours, le brigadier général israélien Udi Dekel écrivait: "Il y a toujours des doutes concernant le succès militaire d’Israël dans la campagne entre les guerres sur le front nord qui suivait le double objectif stratégique de retirer l’Iran de la Syrie et d’arrêter le transfert d’armes perfectionnées au Hezbollah. En fait, il peut même avoir fait reculer ces objectifs, car les dirigeants politiques se sont abstenus d’utiliser cette campagne comme base pour faire avancer une action politique complémentaire."

Et le général israélien d'ajouter: "Malgré ses relations fortes avec Tel-Aviv, Trump pourrait pourtant changer d’avis sur Israël s’il prenait des mesures poussant les États-Unis à s'impliquer dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient et mettre les forces américaines en danger."

Et le général brigadier ne croit pas si bien dire. La visite de Hassan Rohani en Irak et plus antérieurement la visite du président Assad en Iran ont marqué le début de la fin de la présence militaire US en Irak.

Avec tout ce qui s'est produit durant les trois jours du séjour irakien du président Rohani, Donald Trump n'a que deux options: il pourrait rompre ses relations avec l’Irak, ce qui reviendrait à se tirer une balle dans le pied. L’autre option serait que Trump prenne conscience que ses sanctions contre l’Iran sont vouées à l’échec à cause du rapide développement des accords énergétiques et commerciaux irano-irakiens. Avec une telle perspective, croire que Washington s'engagerait dans une guerre contre "les milices pro-iraniennes en Irak" cela revient plutôt à tirer des plans sur la comète. 

Mots clés

commentaires