Mar 14, 2019 20:31 UTC

Un haut responsable iranien a rejeté les récentes allégations du secrétaire d’État américain Mike Pompeo sur le rôle régional de l’Iran, les qualifiant d’inventées de toutes pièces, affirmant que les États-Unis déstabilisaient le Moyen-Orient pour vendre plus d’armes aux pays de la région.

« Certains responsables américains, influencés par le lobby sioniste, ont déployé des efforts considérables pour envenimer l’atmosphère contre l’Iran », a déclaré jeudi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi.

Lors d’une réunion avec le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, mercredi, M. Pompeo a exprimé ses préoccupations concernant ce qu’il a appelé les « activités destructrices et perturbatrices » de l’Iran au Moyen-Orient.

M. Qassemi a déclaré que des responsables américains lançaient des accusations contre l’Iran afin de maintenir une crise perpétuelle au Moyen-Orient et d’accroître ainsi les ventes d’armes américaines dans la région.

Le haut diplomate iranien a également critiqué les propos tenus par Pompeo lors de la conférence CERAWeek — un forum annuel de l’industrie pétrolière et gazière américaine — sur les relations entre la République islamique et l’Irak.

S’adressant à la conférence de Houston mardi, Pompeo avait déclaré : « L’Iran utilise ses exportations d’énergie pour exercer une influence excessive sur tout le Moyen-Orient, et plus particulièrement aujourd’hui sur l’Irak. »

Qassemi a déclaré que Pompeo était irrité par les relations étroites entre l’Iran et l’Irak.

« Les relations entre l’Iran et l’Irak ont ​​été établies entièrement sur la volonté des dirigeants et des nations des deux pays et sont fondées sur le respect mutuel, la confiance et les intérêts partagés », a-t-il déclaré, ajoutant qu’aucun des deux pays n’avait cherché à imposer sa volonté à l’autre.

Le président iranien Hassan Rohani s’est rendu lundi en Irak à la tête d’une délégation de haut rang. La visite d’État de trois jours comprenait plusieurs réunions entre le président Rohani et les hauts dirigeants irakiens, ainsi que la signature de protocoles d’accord en vue de l’extension des relations bilatérales dans divers domaines, notamment le secteur de l’énergie.

Le président Rohani s’est rendu mercredi dans la ville irakienne de Najaf pour y rencontrer de hauts responsables religieux, dont le plus éminent dignitaire irakien, le grand Ayatollah Ali al Sistani. Rohani a été le premier président iranien à rencontrer l’Ayatollah Sistani, révélant la profondeur des relations bilatérales entre Téhéran et Bagdad.

Bahram Qassemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a évoqué les relations profondément enracinées entre l’Iran et l’Irak et a déclaré que les deux pays étaient restés solidaires pendant « les temps difficiles ».

Un peu plus tôt, le président des États-Unis, Donald Trump, avait effectué un bref et inattendu voyage en Irak dans l’obscurité de la nuit. Il s’était rendu dans une base militaire où il n’avait rencontré que des soldats américains et aucun responsable irakien avant de quitter le pays.

Mots clés

commentaires