Mar 19, 2019 10:39 UTC
  • Bab el-Mandeb: face-à-face Israël/Iran ?

Une semaine après les menaces formulées par le Premier ministre israélien de perturber le transit du pétrole iranien, la marine iranienne a expédié sa 60e flotte en mer Rouge. Le détroit de Bab el-Mandeb serait-il le théâtre d’une confrontation maritime Israël-Iran ?

Il y a 10 jours, le 8 mars, des pirates se trouvant à bord de 11 vedettes ont attaqué un pétrolier iranien transportant une cargaison de plus de 150 000 tonnes dans le détroit de Bab el-Mandeb, mais les commandos de la 60e flotte de navires de guerre de la marine iranienne, qui patrouillent dans le golfe d’Aden dans le cadre d’une mission à l’étranger, ont réussi à repousser l’attaque. 

L’incident est intervenu quelques jours après les menaces formulées par le Premier ministre israélien selon lesquelles Israël projetterait de perturber le transit du pétrole iranien. Certains analystes y ont vu un premier clash entre l’Iran et Israël dans cet détroit stratégique. Le détroit de Bab el-Mandeb serait-il le théâtre d’une confrontation maritime entre Israël et l'Iran ?

La marine iranienne a renforcé, ces dernières années, sa présence dans les eaux internationales afin de protéger les routes navales et d’assurer la sécurité des navires de commerce et des pétroliers.

Conformément aux efforts internationaux contre la piraterie, la marine iranienne a effectué des patrouilles dans le golfe d’Aden et dans l’océan Indien afin de protéger les porte-conteneurs et les pétroliers appartenant à l’Iran ou autre pays.

Dans ce sens, la marine iranienne a envoyé sa 61e flotte, composée de la frégate Sabalan et du navire de soutien logistique Bandar Abbas, dans le détroit de Bab-el-Mandeb entre le Yémen et Djibouti, reliant la mer Rouge au golfe d'Aden.

La frégate Sabalan est équipée d’un canon principal de 114 mm, de missiles anti-navires, de mortier, de mitrailleuses, de tubes lance-torpilles et d’armes de défense anti-aérienne. Le Bandar Abbas est un navire de ravitaillement légèrement armé, doté d’un ponton pour hélicoptères et d’un hangar capable de transporter un hélicoptère léger et solitaire.

« La flotte a pour mission d'assurer la sécurité des routes empruntées par les compagnies de navigation de la République islamique d'Iran dans la zone du golfe d'Aden et du détroit de Bab-el-Mandeb », a déclaré, le dimanche 17 mars, le commandant de la flotte du Sud, le contre-amiral Afshin Tashak.

Le groupe naval est entré samedi dans le détroit stratégique, au départ de Bandar Abbas, ville située dans le sud de l’Iran. Le même jour, la 60e flotte est rentrée en toute sécurité dans le port de Bouchehr, toujours dans le sud, après avoir franchi 5 600 milles marins.

Depuis 2009, la marine de la RII a envoyé 60 flottes dans les eaux libres lointaines en vue de préserver les intérêts de l’État. Des groupes navals iraniens ont escorté quelque 6 000 pétroliers dans les eaux internationales au cours de la dernière décennie, a affirmé l’amiral Tashak.

Le détroit de Bab-el-Mandeb et le golfe voisin d'Aden, reliant l'océan Indien au canal de Suez, constituent une voie de navigation mondiale majeure. Environ 4,7 millions de barils de pétrole y sont acheminés chaque jour.

Le déploiement de la 61e flotte de la marine iranienne dans le détroit de Bab-el-Mandeb intervient une semaine après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a menacé de perturber le transit du pétrole iranien vers les marchés internationaux. 

Mercredi, le ministre iranien de la Défense, le général de brigade Amir Hatami, a durci le ton contre Israël, faisant savoir que Téhéran "répondrait fermement" si Tel-Aviv tentait de freiner les exportations de pétrole iranien, ajoutant qu'un tel comportement serait considéré comme une "piraterie" par l’Iran.

Selon le journal libanais Al-Binaa, l’attaque de pirates, probablement commanditée par Israël et les États-Unis, est une nouvelle forme de guerre lancée contre l’Iran. La région virerait-elle vers un conflit contrôlé à distance, avec pour objectif d’empêcher Netanyahu de tomber aux oubliettes, ou est-ce que les leaders internationaux sont convaincus de la fin de la vie politique du Premier ministre israélien au profit du nouveau parti Bleu Blanc (composé de généraux de gauche) ? Pour qu’une nouvelle phase de violence et d’occupation contre les Palestiniens commence.

 

Mots clés

commentaires