Aug 06, 2019 18:43 UTC
  • La mère de toutes les guerres?

« La guerre avec l’Iran est la mère de toutes les guerres », a affirmé le président iranien. Ce mardi 6 août, le président Rohani recevait son ministre des Affaires étrangères, accompagné de ses adjoints et de hauts responsables de son ministère.

Lors de cette rencontre, le président Hassan Rohani a affirmé :

« L’année dernière lors d’une rencontre avec vous et les ambassadeurs, j’ai dit que la paix avec l’Iran est la mère de toutes les paix ; eh bien, la guerre avec l’Iran est aussi la mère de toutes les guerres. Si vous cherchez la sécurité, si vos soldats dans la région veulent la sécurité, [sachez que] la sécurité s’obtiendra en échange de la sécurité. Vous ne pouvez pas vous permettre de porter atteinte à notre sécurité et vous attendre à ce que votre sécurité soit assurée. »

« Vous avez réalisé aujourd’hui que nous sommes puissants, que nous sommes capables de mettre en œuvre nos paroles […]. Vous avez constaté que votre drone sophistiqué a été détruit par un missile de fabrication iranienne construit au sein du ministère de la Défense de nos 11e et 12e gouvernements ; et que le courageux CGRI (Corps des gardiens de la Révolution islamique) a tiré ce missile avec habileté et précision. »

Le président iranien a aussi fait allusion à la décision américaine de sanctionner le Leader de la Révolution islamique ainsi que le ministre des Affaires étrangères de la RII :

« Ils se sont dits prêts à négocier sans préalable, mais quelques jours plus tard, ils ont sanctionné le Leader de la Révolution. En fait, vous ne méritez pas que nous acceptions de négocier avec vous. Mais si l’on suppose que nous voulions négocier, qui est-ce qui devrait prendre la décision finale ? Vous êtes censés, quand même, connaître un peu notre loi, et savoir qu’il serait impossible de régler une affaire délicate, sans se référer à l’opinion et à la décision du Leader de la Révolution islamique. »

« Et vous avez répété vos paroles et avez dit vouloir négocier ; et cette fois-ci, vous avez mis notre ministre des Affaires étrangères sur votre liste des personnes sanctionnées. Et comment et avec qui voudriez-vous donc négocier ? Soit il n’y a aucune politique à la Maison-Blanche, soit ils changent d’avis tous les jours. »

 Ailleurs dans ses propos, le président Rohani a rappelé la saisie illégitime du pétrolier Grace-1 par des marines britanniques ainsi que l’arraisonnement du pétrolier britannique par les forces iraniennes. S’adressant aux États-Unis, Rohani a affirmé que leur « allié britannique s’est permis un acte de piraterie maritime » contre le pétrolier transportant du pétrole iranien dans le détroit de Gibraltar.

« Cela faisait longtemps que les pétroliers britanniques ne respectaient pas nos lois et ignoraient nos avertissements dans le golfe persique. Nous laissions passer beaucoup de ces infractions puisque nous étions en temps de paix. Mais aujourd’hui votre comportement n’est pas amical et par conséquent, nous ne ménagerons rien, s’agissant du respect de la loi. »

« Au moment de l’arraisonnement du pétrolier britannique, pourquoi votre frégate escortant le navire n’a-t-elle rien fait ? Et lorsque nos hélicoptères ont débarqué sur votre navire, pourquoi votre frégate, présente sur le lieu, n’a encore rien fait pour sauver le navire ayant enfreint la loi ? Il n’est pas possible que le détroit d’Hormuz reste libre pour vous, alors que vous nous fermez le détroit de Gibraltar. »

 

Mots clés

commentaires