• Rencontre d’Astana : l’espoir est permis

Les efforts conjoints de la Russie, la Turquie et l'Iran donnent leurs premiers résultats.

Par Mikhail Gamandiy-Egorov

Les pourparlers sur la Syrie entre le gouvernement syrien et certains groupes dits de l’opposition auront bien lieu à Astana, la capitale kazakhe, le 23 janvier prochain.

En effet, les efforts conjoints de la Russie, la Turquie et l'Iran donnent leurs premiers résultats. Trop tôt encore de parler de retombées positives pour la suite des événements en Syrie, notamment en raison des positions troubles de certains groupes de la prétendue opposition, sans oublier de nouvelles éventuelles provocations visant à saper les efforts de paix entrepris par les trois pays déjà cités.

Une chose est sûre, le trio russo-irano-turc semble très motivé à déployer les efforts nécessaires au succès du processus de paix en Syrie. Et malgré les risques existants, il y a des raisons de garder un optimisme prudent. Tout d'abord, car il y a une réelle volonté des trois pays d'amener un résultat concret qui pourrait permettre à terme à la Syrie de retrouver la paix et la stabilité.

D'autre part, le gouvernement syrien est aujourd'hui plus que jamais en position de force. Il contrôle la grande majorité de la Syrie dite « utile » et les cinq plus grandes villes du pays (Damas, Alep, Homs, Lattaquié, Hama). Compte tenu de cette réalité, sur le terrain et aussi du soutien russo-iranien, il est aujourd'hui pratiquement inconcevable de s'asseoir à la table des négociations en lançant des ultimatums réclamant le départ immédiat du président syrien al-Assad. La Turquie l'a vraisemblablement compris, surtout au regard des défis sécuritaires auxquels elle fait actuellement face.

Reste à espérer que certains éléments sains de l'opposition syrienne le comprennent aussi et seront ainsi prêts à mener des négociations constructives. Surtout que la Turquie semble désormais motivée à user de son influence dans ce sens. Et sans oublier aussi que le ministère russe de la Défense a été également explicite à cet égard, à savoir que tout groupe qui refusera de se joindre au cessez-le-feu observé globalement à l'heure actuelle en Syrie sera automatiquement associé aux terroristes de Daech ou d'Al-Qaida. Ces derniers ne sont en effet aucunement concernés par la trêve et les combats se poursuivent contre eux à différents endroits du territoire syrien. Résultat logique: ils n'ont pas été invités à Astana.

L'autre aspect positif, qui donne lui aussi une note supplémentaire d'optimisme, est l'absence des représentants de l'administration sortante américaine d'Obama dans ce processus, de même que celles des représentants ouest-européens, toujours résolument obstinés à faire tomber le leader syrien. La porte reste néanmoins ouverte à la nouvelle administration étasunienne de Trump, qui prendra officiellement le pouvoir sous peu, tout comme aux acteurs régionaux, à condition évidemment qu'ils acceptent de s'inscrire dans la logique du processus d'Astana. L'Égypte semble être intéressé à rejoindre ce dialogue une perspective que voit d'un bon œil la Russie. Qu'en sera-t-il des pays tels que l'Arabie Saoudite ou le Qatar, qui continuent de soutenir plusieurs groupes terroristes? À moins d'un revirement rapide, il est peu probable qu'ils puissent prétendre à brève échéance prendre part aux négociations d'Astana, voire à d'autres. Ultimatums envers le gouvernement légitime syrien, soutien et financement des extrémistes salafistes, tout cela fait que les Saoudiens et les Qataris devraient rester en dehors du processus engagé. D'autant plus que selon diverses sources, ces derniers entreprennent d'importants « efforts » en vue de saper la rencontre d'Astana.

Mais pourront-ils obtenir quoi que ce soit face à un leadership syrien plus que jamais renforcé, face à la détermination de la Russie et de l'Iran et face au rôle désormais de plus en plus constructif de la Turquie? N'oublions pas la nouvelle administration AMÉRICAINE, que l'on espère voir jouer un rôle au minimum positif dans le dossier syrien ou du moins s'abstenir de mettre des bâtons dans les roues du tout jeune processus de paix. Ajoutez à cela les changements possibles au niveau du leadership de certains pays européens et la réponse paraît assez logique. Ceci étant dit, la lutte antiterroriste ne s'arrêtera pas puisque les takfiristes de Daech et d'Al-Qaida continueront à être combattus. Et plus vite certains pays comprendront l'utilité d'une large coordination dans cette lutte, dans un cadre multipolaire, plus vite il sera possible d'espérer un monde meilleur et plus sûr. En tout cas, l'espoir est effectivement permis et le choix d'Astana est aussi à saluer — le Kazakhstan étant l'un des meilleurs alliés de la Russie, c'est aussi l'un des principaux initiateurs de l'intégration eurasiatique. Enfin, et il ne faut pas l'oublier, le Kazakhstan a joué un rôle de premier choix dans la réconciliation russo-turque.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Avec Sputnik

Jan 09, 2017 05:58 UTC
commentaires