Lors d’un entretien téléphonique avec le président russe, le Premier ministre israélien a déclaré que les régions sécurisées en Syrie ne doivent pas servir de bases à l’Iran et au Hezbollah.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a évoqué lors de son entretien téléphonique avec le président russe, Vladimir Poutine, la question de la création des zones de désescalade en Syrie, prévue dans l’accord conclu la semaine dernière entre la Russie, l’Iran et la Turquie, avant d’affirmer que ces zones de désescalade ne devaient pas servir de base à l’Iran et au Hezbollah, a rapporté Farsnews.

Sous couvert d’anonymat, une autorité israélienne a déclaré dans un quotidien israélien Haaretz que Netanyahu ne s’était pas opposé à la création de zones de sécurité en Syrie lors de son entretien téléphonique avec Poutine.

Cependant, Netanyahu a aussi déclaré lors de cet entretien que l’Iran et le Hezbollah devaient garder leur distance avec le Golan syrien, occupé par le régime israélien. 

Selon l’accord conclu entre la Russie, l’Iran et la Turquie, il faut créer 4 zones de désescalades en Syrie.

Une autorité israélienne avait auparavant déclaré à Al-Arabia que Tel-Aviv souhaitait une zone tampon au Golan et s’arrogeait le droit d’attaquer les convois d’armement. Les hautes autorités du régime israélien et les diplomates occidentaux ont affirmé que Netanyahu en avait informé l’administration américaine et les forces internationales.

Mai 12, 2017 15:21 UTC
commentaires