• Expulsion d’Africains par Israël: des ONG en colère

Plusieurs groupes de défense des droits de l’homme ont durci le ton contre la décision d’Israël d’expulser des milliers de migrants africains.

Le régime israélien a donné une échéance de trois mois à 40 000 migrants africains pour qu’ils s’installent dans des pays comme le Rwanda ou l’Ouganda.

Dans la foulée, Jessica Sherman, porte-parole de l’ONG Jewish Voices for a Just Peace (JVJP), a qualifié de « raciste » et de « regrettable », cette décision du régime israélien à l’encontre des migrants africains.

Le ministère israélien de l’Intérieur a annoncé, le mardi 2 janvier, sa décision d’expulser les migrants africains en remettant à chacun 3 500 dollars.

Les migrants devront s’installer dans un pays tiers comme le Rwanda ou l’Ouganda.

Le ministre rwandais des Affaires étrangères a annoncé, en novembre 2017, que son pays allait accueillir 10 000 migrants vivant dans les territoires occupés palestiniens.

Dans ce droit fil, Alex Mdakane, un membre du Parti communiste sud-africain, a vivement dénoncé cette décision d’Israël, disant qu’il ne s’agissait pas de la première fois que les autorités israéliennes entendaient expulser les migrants africains.

« Nous allons discuter avec les dirigeants africains de cette affaire. Le mauvais traitement vis-à-vis des migrants africains en Israël devra prendre fin », a déclaré Alex Mdakane.

Près de 40 000 migrants africains, pour la plupart d’origine érythréenne et soudanaise, vivent dans les territoires occupés palestiniens.

Jan 03, 2018 17:33 UTC
commentaires