• Liban: Riyad ne laisse pas Hariri tranquille

Riyad tente à nouveau de défier le Premier ministre libanais et d’influencer les élections prochaines dans le pays du Cèdre, ont rapporté des sources libanaises.

Le quotidien libanais Al-Akhbar a rapporté que les dirigeants saoudiens cherchaient, par le biais de Saad Hariri, à influencer les élections parlementaires afin de s’implanter davantage dans la vie politique libanaise.

Selon des informations fournies par des sources libanaises, l’approche adoptée par l’Arabie saoudite est que si Hariri veut le soutien de Riyad, il doit accepter les conditions de celui-ci avant faire alliance avec d’autres partis politiques.

L’Arabie saoudite a demandé ces derniers jours au Premier ministre libanais de ne pas faire alliance avec le Hezbollah et de se rallier seulement aux groupes proches de Riyad.

À cet égard, les Saoudiens ont conditionné le soutien à Hariri à une coalition avec le parti de Forces libanaises (FL) et des chrétiens indépendants opposés à l’Iran, ainsi qu’avec des personnalités sunnites telles que Najib Mikati. Mikati, ex-Premier ministre libanais, est considéré comme un thuriféraire de la politique saoudienne.

L’Arabie saoudite s’est également opposée à la coalition du Courant du futur avec le Courant patriotique libre dirigé par le président libanais Michel Aoun, et estime qu’un bloc formé des députés du Courant du futur, des FL et de personnalités proches de Riyad devrait être chargé de former un nouveau gouvernement.

Cependant, Hariri a d’une part besoin du soutien des Saoud et d’autre part, il a beaucoup de désaccords avec les FL dirigées par Samir Geagea.

De nombreux observateurs considèrent cette tentative des Saoudiens comme un « nouveau chantage » du Liban et une tentative de créer une autre crise à Beyrouth.

Mots clés

Jan 13, 2018 18:28 UTC
commentaires