Jan 30, 2018 10:30 UTC
  • Mur israélien à la frontière libanaise, en 2018. ©AFP
    Mur israélien à la frontière libanaise, en 2018. ©AFP

Le mouvement de la Résistance libanaise dit ne pas hésiter à prendre pour cible l’armée israélienne si "le régime occupant Qods ne mettait pas un terme à son projet de construction d’un mur à la frontière sud du Liban".

« Les militaires israéliens seront visés si Tel-Aviv continue ses travaux de construction d’un mur en béton haut de 7 mètres, à la frontière avec le Liban », a averti le Hezbollah.

L’ultimatum a été transmis à Israël par l’intermédiaire de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), selon les mêmes sources.

« Craignant une escalade des tensions, les forces de l’ONU ont informé les ambassadeurs américains et français, qui ont transmis l’information au bureau du Premier ministre israélien à ce sujet. » rapporte le site d’information israélien i24NEWS, citant la chaîne 2 du régime.

En dépit des menaces internationales, les autorités israéliennes faisant fi aux mises en grade du Hezbollah ont déclaré que « Tel-Aviv n’a pas l’intention d’arrêter la construction du mur ».

L’édification de la barrière israélienne vise à perturber, selon l’aveu même des autorités israéliennes, le flux d'échange commercial vers le sud du Liban et à renforcer par contre le transit de marchandises vers Israël. Avec ce mur, le Liban perdra une partie de ses terres qui renferme dans trois localités différentes des réserves de gaz.

 

Mots clés

commentaires