• Deir ez-Zor: la Résistance frappée

La coalition américaine a pilonné, jeudi 8 février, les positions des alliés de l'armée syrienne.

La soi-disant coalition anti-Daech menée par les États-Unis a affrimé, jeudi 8 février, avoir attaqué les positions des forces de soutien au gouvernement syrien, a rapporté Fars News.

La coalition menée par les USA prétend, dans un communiqué, qu'il s'agissait d'une opération de représailles à la dernière attaque, le mercredi 7 février, de l’armée syrienne sur le siège des Forces démocratiques syriennes (FDS). Cette allégation est loin d'être avérée dans la mesure où c'est l'armée turque qui frappe en ce moment les positions des kurdes des FDS dans le nord de la Syrie. 

Washington prétend que l’armée syrienne et ses alliés avaient frappé les positions des FDS - qui bénéficient du soutien des États-Unis - à 8 km des zones de désescalade sur la côte orientale de l’Euphrate.

Les allégations américaines interviennent alors que les forces de la coalition US avaient déjà mené de semblables attaques contre les positions de l'armée syrienne dans les endroits névralgiques de la Syrie et ce, dans le but de retarder l'effondrement des positions des terroristes de Daech face à l'avancée de l'armée syrienne. 

En septembre dernier, la prétendue coalition anti-Daech à la solde de Washington a effectué quatre frappes contre l’armée syrienne, faisant 62 morts et près de 100 blessés. À l’époque, les États-Unis ont prétendu avoir ciblé "par erreur" les positions de l’armée syrienne.

Feb 08, 2018 08:33 UTC
commentaires