• Nucléarisation de Riyad, pari risqué?

Aux États-Unis, le sénateur républicain Richard Black a critiqué la position de la Maison-Blanche sur l’accord nucléaire avec l’Iran et a dénoncé le risque d’un éventuel accès du régime saoudien à l’énergie nucléaire.

Lors d’une interview accordée à l’agence iranienne de presse Tasnim, Richard Black, sénateur républicain américain, a réagi aux affirmations du New York Times sur les tentatives des États européens de trouver un nouvel accord avec l’Iran pour remplacer l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, en disant : « À l’exception des USA, les autres pays signataires ne s’étaient jamais opposés à l’accord. Mais sous la pression exercée par Washington, ils tentent maintenant de le remettre en cause. »

Ce sénateur américain, qui a 31 ans d’expérience dans la marine de guerre des USA, affirme que selon le Commandement des forces des États-Unis en Europe (EUCOM), Washington envisageait en 2001 d’attaquer sept pays au Moyen-Orient, dont l’Iran. Les autorités iraniennes ayant tiré une leçon de la présence de Washington en Irak, en Libye ainsi que de ses tentatives pour renverser le gouvernement syrien, sont particulièrement vigilantes et portent une attention soutenue aux tentatives de remplacer l’accord existant.

Le sénateur américain a notamment mis en garde contre les conséquences auxquelles l’Iran et les autres États signataires feraient face si la Maison-Blanche sortait de l’accord. D’autant que rien ne garantit que les USA respecteront un nouvel accord éventuel. Néanmoins, le non-respect de ce nouvel accord, s’il venait à entrer en vigueur après que Trump l’eut vivement appelé de ses vœux, aurait des conséquences graves pour l’administration américaine et remettrait sérieusement en cause la crédibilité des USA.

Concernant la volonté de l’Arabie saoudite de se doter de l’énergie nucléaire, après le début de négociations en ce sens entre Washington et Riyad, le sénateur américain s’est voulu extrêmement critique : « L’agressivité et la violence sont des caractéristiques inhérentes du régime saoudien. L’Arabie saoudite ne doit donc en aucun cas avoir accès à l’énergie nucléaire. Aujourd’hui, l’Arabie saoudite est la principale source du terrorisme dans le monde. Le régime saoudien est le principal mécène des écoles où des jeunes se radicalisent et se voient inculquer une idéologie violente. »

 

Mar 13, 2018 12:43 UTC
commentaires