• Un policier israélien. ©AP
    Un policier israélien. ©AP

Alors que la plus vive crainte règne désormais au sein de l'état-major de l'armée israélienne tout comme au sein des milieux politiques, une arrestation vient d'avoir lieu, celle d'un ressortissant français. Ce dernier serait un employé au consulat général de France à Qods, et il est soupçonné "d’avoir fourni en contrebande" des armes à des Palestiniens. La Résistance a des sympathisants jusqu'à l'ambassade française à Tel-Aviv!

L'information est reprise par Reuters : Dans un communiqué, les services de sécurité intérieure (Shin Bet) précisent que le ressortissant français, identifié comme Romain Franck, a utilisé un véhicule consulaire pour échapper aux contrôles.

"L’employé du consulat a transporté des armes en contrebande au cours des derniers mois, se servant d’un véhicule du consulat qui lui permettait de bénéficier de contrôles de sécurité allégés au poste-frontière d’Erez comme cela est le cas habituellement avec ce type de véhicule", écrit le Shin Bet.

Toujours selon Reuters, le Français aurait fait transiter 70 pistolets et deux fusils d’assaut par le poste d’Erez à la frontière entre Gaza et Israël pour les acheminer jusqu’en Cisjordanie. Il a procédé à au moins cinq trajets entre les deux territoires palestiniens".

L’agent consulaire en question est âgé d’une vingtaine d’années et chauffeur pour le consulat de France à Qods. Il aurait été arrêté par les autorités israéliennes mi-février. Il est emprisonné depuis un mois sans que le gouvernement ne s'en soucie outre mesure. 

Neuf personnes dont un agent de sécurité palestinien travaillant au consulat de France ont été également arrêtées dans le cadre de cette affaire, selon le porte-parole de l’ambassade de France à Tel Aviv.

Par ailleurs, les conditions de ces arrestations restent encore à éclaircir et la famille de Frank devra craindre le pire pour sa santé. 

Pendant un mois, les autorités françaises et israéliennes sont restées silencieuses sur le placement en détention administrative du chauffeur et des autres suspects. Une longue période qui pose question, à quelques jours seulement de la visite du ministre français des Affaires étrangères dans la région, Jean-Yves Le Drian. 

Israël qui craint une "militarisation" de la Cisjordanie, ne soupçonnerait jamais comment la Résistance se procurerait de quoi se battre contre l'occupation, affirme un analyste interrogé par l'agence iranienne Mashreghnews. 

 

Mots clés

Mar 19, 2018 11:27 UTC
commentaires