• Alep/Hama: à quoi joue la Turquie ?

Parallèlement aux tentatives américaines de faire échec au rapproche Turquie-Syrie, le groupe terroriste Hayat Tahrir al-Cham multiplient ses attaques contre les positions de l'armée syrienne et ses alliés de la Résistance.

Ces mêmes groupes ont revendiqué trois attaques au drone la semaine dernière contre la base aérienne russe à Hmeimim. Ces attaques ont lieu en présence de l'armée turque.

Les ex-nosratistes ont d'ailleurs fait part de leur intention de lancer une opération d’envergure dans des régions septentrionales de la province de Hama avant de lancer un ultimatum de 48 heures aux habitants pour évacuer leurs quartiers.

Que passe-t-il? La Turquie a -t-elle décidé de fermer les yeux sur les agissements des terroristes qaïdistes après son accord avec les Américains à Manbij? 

L’armée syrienne poursuit son offensive contre les terroristes dans le sud du pays. De vastes secteurs de la province septentrionale de Deraa ont été nettoyés de la présence des terroristes. Défaits dans le sud, les terroristes nosratistes affirment vouloir se venger plus au nord, à Hama. 

Ainsi  Hayat Tahrir al-Cham menace de lancer une offensive contre les positions des forces syriennes dans le nord de la province de Hama. Elle viserait à soutenir ses "frères d'armes" au sud et à venger de l'armée syrienne qui continue ses opérations à Deraa. Les cibles de cette attaque sont plus précisément les localités de Zelaqiat, Zelin, Suran et Halfaya, selon certaines sources.

Les terroristes chercheraient à se rapprocher de la ville de Hama afin de s’emparer de l'aéroport militaire.Les forces syriennes qui y sont déployées, sont, elles, en état d'alerte.

Le plan nosratiste? 

Le groupe terroriste Hayat Tahrir al-Cham tente de transporter des dizaines de véhicules blindés ainsi que des équipements militaires légers vers le nord de Hama depuis le sud de la province d'Idlib. Sans ou avec l'aval de la Turquie? 

Selon une autre dépêche en provenance du district de Kafr Nabudah, au nord de Hama, les terroristes y ont pénétré avant que l’ultimatum fixé à ses habitants soit expiré. Ils ont averti les citoyens qu'ils pourraient évacuer cette zone jusqu'à tard dans la nuit et qu’ils seront massacrés en cas de résistance.

Au cours des derniers jours, des groupes terroristes opérant dans les zones occupées du nord de la Syrie ont formé une coalition de 50 000 personnes pour attaquer les positions de l'armée syrienne. En effet, ils cherchent à entraver les progrès de l’armée syrienne qui est bien résolue à en finir avec les terroristes du Sud.

Selon Mashregh News, des groupes terroristes planifient une attaque d’envergure contre les deux cités assiégées de Foua et de Kefraya, à majorité chiite, au nord-est d’Idlib. Cette attaque constitue une ligne rouge pour les forces de la Résistance qui n'hésiteront pas à riposter de la manière la plus ferme.

La Turquie n'est peut-être pas prête à changer de camp comme elle voulait le faire croire, avant la victoire d'Erdogan à la présidentielle. Selon les analystes, le harcèlement de l'armée syrienne et de ses alliés au nord et au nord est aurait aussi fait partie des compromis passés entre Ankara et Washington à Manbij.

Il y a deux jours le chef d'état major de l'armée turque rencontrait les officiers de l'OTAN à Incirlik, soit à la veille d'un sommet otanien où la Turquie serait particulièrement courtisé. 

Mots clés

Jul 11, 2018 08:18 UTC
commentaires