• Syrie: le Tigre au triangle de la mort

Après avoir libéré l’est de Deraa des mains des terroristes et repris le point de passage frontalier Nassib, l’armée syrienne est arrivée au « triangle de la mort ».

L’armée syrienne est arrivée, mercredi 11 juillet, dans la région appelée le « triangle de la mort » au nord de la province de Deraa, secteur qui chevauche les provinces de Deraa, Damas et Quneitra. Elle s'approche au grand pas du Golan. 

« L’armée s’apprête maintenant à lancer une vaste opération dirigée par le général Soheil Hassan, commandant des Forces du Tigre , selon des sources sur le terrain.  

L’opération de nettoyage de cette région – qui a jusqu’à présent connu des batailles sanglantes – sera bientôt déclenchée.

Mercredi 11 juillet, les forces gouvernementales, accompagnées d’autres combattants armés syriens ont pris le contrôle de la colline al-Achaari, à l’ouest de la ville de Tafas. Après la récupération de la ville, les terroristes ont déposé les armes et les habitants ont accueilli l’armée.

Depuis trois semaines, l’armée syrienne a entamé une opération sur trois axes, al-Bostan, Haran et Sama al-Hanidat pour affronter les terroristes à l’est de la province de Deraa.

Après la reprise des régions occupées des Ghoutas occidentale et orientale, dans la province de Dama, les regards sont aujourd’hui rivés sur Deraa à la frontière avec la Jordanie et le plateau du Golan.

L’agence de presse officielle syrienne Sana a annoncé, mercredi 11 juillet au soir, que les terroristes assiégés dans les quartiers d’al-Balad, de Tarigh al-Sad, d’al-Makhim, de Sanja, d’al-Monchiya et d’al-Sawame à Deraa, ont accepté l’accord de cessation des hostilités entre l’armée et les terroristes. Conformément à l’accord, ceux d’entre les terroristes qui tiennent à rester dans la ville doivent baisser les armes lourdes et semi-lourdes et vivre comme des citoyens normaux et ceux qui sont contre doivent quitter Deraa.

En vertu de certaines statistiques, plus de 360.000 terroristes venant de 101 pays dans le monde étaient impliqués dans les conflits syriens. Leur intervention a contribué à la destruction du patrimoine syrien, au massacre des civils innocents.

Soutenus et financés par l’Arabie saoudite, certains pays du golfe Persique et notamment les États-Unis, les éléments de différents groupes terroristes s’affrontent de temps à autre les uns contre les autres, suite à des conflits d’intérêts avec leurs pays sponsors. En pleins affrontements, ce sont bien entendu les civils qui sont toujours sacrifiés.

Mots clés

Jul 12, 2018 08:09 UTC
commentaires