• Hassaké: Damas vengera ses soldats

Le gouverneur de Hassaké a annoncé que Damas vengera les 14 soldats de l’armée syrienne tués par des YPG, miliciens kurdes pro-américains à Qamishli dans le nord de la Syrie.

Des affrontements ont eu lieu il y a deux jours, dans la ville à population kurde de Qamishli dans le nord de la Syrie, entre les forces de l’armée syrienne et des miliciens kurdes pro-américains. 13 soldats syriens et 7 miliciens kurdes ont été tués.

Le Conseil démocratique syrien, en tant qu’instance politique kurde de la région, a émis un communiqué dans lequel il a présenté ses excuses au gouvernement syrien prétendant que cet événement avait eu lieu en raison des démarches arbitraires et sur un coup de colère sans aucune raison quelconque.

Le gouverneur de Hassaké a répondu en disant que cette excuse n’était pas acceptable et que l’armée vengerait, bientôt, ses soldats.

« Les personnes qui coopèrent dans cette région avec les États-Unis sont, à nos yeux, des traîtres et nous leur reprendrions bientôt tout le territoire syrien », a fait noter le communiqué.

Le Conseil démocratique syrien a lancé, lors d’une réunion il y a quelques jours, avec les membres des conseils civiques dans le nord et l’est de la Syrie, la formation d’un système d’auto-administration conjointe pour le nord et l’est dans le but de former une nouveau mécanisme de coordinations entre les régions et les conseils locaux kurdes. Il s’agit, en fait, d’une tentative de préparer la formation d’un gouvernement local dans le nord de la Syrie avec comme siège Aïn Issa dans le nord de Raqqa.

Actuellement, 94 % du territoire du gouvernorat de Hassaké sont occupés par les miliciens kurdes, soutenus directement par les forces américaines. Les forces de l’armée et des tribus arabes contrôlent 6 % de la province (certains secteurs de Hassaké et de Qamichli).

Samedi 8 septembre, des miliciens des YPG ont pris d’assaut les postes de l’armée syrienne dans la province de Hassaké, une première depuis le début de la guerre. Pilotés depuis les bases US et françaises à Hassaké, ils ont tué 14 militaires de l’armée syrienne avant d’occuper leurs positions. Cette première attaque « kurde » contre l’armée syrienne ne va pas sans rapport avec l’offensive imminente contre Idlib.

Face à la détermination du gouvernement et de l’armée à reprendre le dernier fief des terroristes dans le nord du pays, la coalition américaine cherche une échappatoire : ouvrir de nouveaux fronts contre l’armée syrienne.

Sep 11, 2018 10:12 UTC
commentaires