• Syrie: Guerre secrète Israël/Iran

Un article récent de Foreign Policy (FP) se focalise sur ce qu'il qualifie de "guerre secrète Israël/Iran" en Syrie. À le croire, l'État iranien aurait dépensé 30 milliards de dollars en sept ans de guerre en Syrie, chiffre largement surestimé et qui vise à justifier de multiple échec de l'axe USA/Israël face à l'axe de la Résistance.

Foreign Policy se montre particulièrement sensible au pacte militaire récemment signé avec Damas, selon lequel les forces armées syriennes seront reconstituées par l'Iran.

"À compter de 2011, la Syrie est devenue le terrain d’une guerre par procuration entre l’Iran d’une part, l’Arabie saoudite et Israël d’une autre. Les faits sont avérés et il n’existe plus l’ombre d’un doute sur leur engagement dans une guerre occulte.

Israël a tenté d’agencer ses pions de sorte que le gouvernement d’Assad, l’Iran et les groupes armés syriens majoritairement sunnites se jettent la pierre jusqu’à l’effritement. Mais depuis peu, l’éradication des groupes terroristes grâce à l’intervention coordonnée de l’Iran et de la Russie est devenue une évidence. Et le régime de Tel-Aviv se trouve impuissant face au pouvoir politico-militaire et à l’influence des forces du CGRI (Corps des gardiens de la Révolution islamique d’Iran) en Syrie, affirme l'article.

Selon FP, la durée de cette guerre secrète Israël/Iran est indéterminée, Israël n’ayant toujours pas assumé totalement la responsabilité de ses attaques et préférant garder le silence à chaque fois qu'il s'en prend aux cibles iraniennes. De leur côté et très souvent, Téhéran et Damas se gardent bien eux aussi d'émettre des condamnations officielles des frappes d’Israël dans la mesure où "les ennemis seraient convenus du caractère secret de leur guerre". FP évoque ensuite le face-à-face Israël/Axe de la Résistance du 10 mai dernier quand l'armée syrienne et ses alliés ont pris pour cible de plus de 70 missiles et roquettes les sites du renseignement de l'armée israélienne au Golan.

La frappe a rendu quasi groggy le régime de Tel-Aviv qui a lancé  des dizaines d'avions à l'assaut des cibles syriennes à travers toute la Syrie sans pourvoir toutefois amoindrir l'effet du coup mortel subi au Golan. Et FP de poursuivre : " Pourtant, la guerre d’Israël contre l’Iran n’est pas prête à se terminer si tôt. Lançant un avertissement à l’Iran, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré le 29 août à Dimona que tout pays qui menace de détruire Israël s’expose au même risque, et a réaffirmé la détermination d’Israël à agir contre l’enracinement militaire iranien en Syrie".

Mais Israël est-il capable de faire plier l'Iran en Syrie? 

Le texte mentionne les récentes explosions en cascade de l’aéroport militaire de Mazzeh et les met sur le compte d'une attaque israélienne bien que Damas ait démenti cette version et écrit : "L'aéroport militaire de Mazzeh, dans la banlieue ouest de Damas, a été la cible d’un tir de missile israélien, qui a touché un dépôt de munitions, entraînant de violentes explosions successives... Les efforts d’Israël pour contraindre les forces iraniennes de quitter la Syrie ne cessent pas mais ils restent stériles. L’Iran se projette loin dans le futur en Syrie. Ses investissements dans le pays atteignent des milliards de dollars. Il semble que même avec des attaques ciblées, Israël aura du mal à chambouler les plans stratégiques de l'Iran et à le contraire de se retirer de Syrie". 

Foreign Policy ne croit pas si bien dire : l'un des récents rapports de DEBKAfile, site proche du renseignement de l'armée israélienne s'inquiétait du "retour des soldats du Hezbollah de Syrie " et de leur "redéploiement sur les frontières avec Israël" :

" Bien qu'une majorité de commandants de l'armée israélienne croient avoir été assez dissuasifs face aux Iraniens et au Hezbollah, la réalité est toute autre : certes le Hezbollah dit ne pas avoir l'intention de commencer la guerre avec Israël mais rien ne dit qu'il ne franchirait jamais le pas...La réaction à la multiplication des frappes israéliennes contre les cibles militaires iraniennes en Syrie ou contre les positions des "proxies" de l'Iran déployés sur les frontières syro-irakiennes pourraient, par exemple, être une incursion massive du Hezbollah sur le sol israélien: après tout, les combattants du Hezbollah commencent à se retirer de Syrie, après cinq ans de combats inouïs où ils se sont battus aux côtés d'une armée professionnelle (Armée syrienne) appuyée par les conseillers de guerre iraniens et russes. Leur arsenal est plus vaste que jamais et ils en sont à fabriquer eux-mêmes certains de leurs missiles. Ce n'est plus une milice quelconque mais une armée". 

DEBKAfile revient ensuite sur le projet de construction d'un mur long de 130 KM qui devrait séparer les frontières israéliennes du sud du Liban comme pour reconnaître l'incapacité foncière de l'armée israélienne à faire face non pas seulement aux missiles du Hezbollah mais aussi à l'invasion par ce dernier des colonies frontalières israéliennes : "Ce sont des colonies de Rosh Hanikra et de Shlomi et de Maalot dont la population dépasse les 50.000 personnes ... Même une incursion partielle du Hezbollah serait saluée comme un exploit stratégique majeur et suffirait à basculer largement la donne". 

Mais DEBKAfile omet, sans doute à dessin, de citer le Golan occupé au nombre des cibles potentielles du Hezbollah en cas d'une éventuelle confrontation. Après tout ce n'est pas seulement la Galilée qui risque d'être pris pour cible de Radwan, forces élites du Hezbollah, comme le prévoyait en 2017 le journaliste sioniste «Yoav Limor». Le journaliste ajoutait non sans ironie :

 «Toute personne qui visite la région du Nord (d'Israël) ne peut qu'être attirée par l'ampleur des travaux d'ingénierie en cours pour tenir le Hezbollah plus loin que possible. La mise en place de rochers, la construction des murs… l’armée israélienne a déplacé la ligne de démarcation, et surveille de près comment le Hezbollah agit de loin et se prépare paradoxalement à rendre les choses difficiles pour l'armée israélienne au cours de la prochaine confrontation».

 

Mots clés

Sep 12, 2018 08:51 UTC
commentaires