Sep 13, 2018 06:31 UTC
  • Syrie : Berlin se rallie à Washington

La chancelière allemande a annoncé devant le Bundestag son aval à une intervention militaire de son pays contre la Syrie.

Angela Merkel, chancelière allemande a déclaré, hier mercredi 12 septembre, devant le parlement allemand, que si l’armée syrienne mène une attaque chimique contre les civils, l’Allemagne n’aurait d’autre alternative que de passer à l’offensive. « L'Allemagne ne peut pas fermer les yeux sur l'attaque éventuelle chimique de l'armée syrienne», a-t-elle averti. 

« La position allemande ne peut pas se limiter à un 'non', quoi qu'il arrive dans le monde », a dit la chancelière allemande devant les parlementaires.

L’union chrétienne- démocrate et l’union chrétienne-sociale doivent persuader leurs collègues au sein de la coalition au pouvoir, parti libéral-démocrate de s'aligner sur cette idée.

Auparavant, Washington avait demandé au ministère de la Défense de l’Allemagne d'étudier le projet d’adhésion de l'Allemagne à la coalition de guerre sous l’égide de Washington en Syrie.

Vendredi 7 septembre, la chancelière allemande a soutenu pour la première fois la présence de la Russie en Syrie. Dans ce cadre, elle avait estimé nécessaire la lutte contre les terroristes et leurs mercenaires.

La guerre contre a été éclatée en 2011. Selon de statistiques officielles, cette guerre a coûté à la vie à des milliers de Syriens. Sur le plan diplomatique, les négociations ont eu lieu, à Astana et à Genève.

Les États-Unis mènent, depuis 2014, une agression flagrante contre la Syrie sous le prétexte de lutter contre Daech. La présence militaire US en Syrie s'effectue sans l’aval des autorités syriennes.

Contrairement aux États-Unis, la Russie est entrée en guerre en septembre 2015 contre les terroristes  à la demande du gouvernement syrien. Depuis, la Russie soutient les militaires syriens dans leurs opérations de libération du territoire syrien des mains des terroristes.

Mots clés

commentaires