• Syrie: Israël met au défi la Russie

Selon le rédacteur en chef du quotidien Raï al-Youm, Abdel Bari Atwan, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a de nouveau brandi des menaces contre la Syrie.

Il cherche à rassurer les Israéliens, inquiets de l’amélioration de la situation en Syrie, de la puissance grandissante des missiles balistiques du Hezbollah libanais et des mises en garde lancées par l’Iran, qui l’a averti quant à toute attaque contre ses installations sur le territoire syrien.

Le Premier ministre israélien a de nouveau menacé le vice-Premier ministre russe, Maxim Akimov, en visite officielle le mardi 9 octobre à Tel-Aviv. « Israël ne peut pas abandonner ses opérations en Syrie même si la Russie lui a fourni le système de défense aérienne S-300 », a-t-il affirmé.

En effet, Netanyahu se trouve face à un dilemme.

D’une part, il tente d’organiser une réunion avec le président russe Vladimir Poutine à Moscou dans le but de rétablir la coordination russo-israélienne au même niveau d’avant la crise et de résoudre les différends bilatéraux.

D’autre part, il cherche à exercer une pression sur le gouvernement américain pour acquérir des systèmes d’armes susceptibles de contrecarrer la menace des batteries de missiles S-300 et pour convaincre Washington de soutenir les frappes des avions de combat israéliens en Syrie.

En ce qui concerne le premier objectif de Netanyahu, on peut dire que l’insistance du chef du gouvernement israélien à rencontrer le président russe Vladimir Poutine à Moscou est un aveu de faiblesse. Le président russe a en effet refusé à trois reprises de s’entretenir au téléphone avec Netanyahu.

« De nouveaux contacts sont en cours entre le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, mais il est encore trop tôt pour parler de dates précises », a déclaré à la presse le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov. Et de poursuivre : « Même si ces deux dirigeants se rencontrent, cela ne signifie pas que la Russie accède “automatiquement” à la demande du Premier ministre israélien. »

Quant aux tentatives de Netanyahu pour accéder au système de défense américain dans le but de protéger les appareils israéliens face aux missiles S-300, il est peu probable que Washington prête l’oreille à ces « demandes ».

Mais cela signifie que Tel-Aviv cherche à mettre au défi Moscou et la personne de Poutine. Or, il se peut que Moscou équipe l’armée syrienne des batteries de missiles sophistiquées S-400 pour riposter à cette malveillance du régime israélien.

Netanyahu se trouve dans l’embarras. Donc il a recouru à des menaces en l’air pour tenter de dissimuler ses déceptions et ses défaites. Si les fanfaronnades de Netanyahu sont sincères, pourquoi n’expédie-t-il pas ses appareils en Syrie ?

Netanyahu craint une réaction cinglante et foudroyante de l’armée syrienne et de ses alliés de la Résistance, qui pourra déboucher sur le renversement de son cabinet et une remigration des juifs installés dans les territoires occupés.

Mots clés

Oct 11, 2018 14:24 UTC
commentaires