• Alep: ultimatum de Damas à Ankara

L’armée syrienne a atteint son seuil de tolérance à l’ouest d’Alep après que les terroristes ont lancé une autre attaque sur la capitale de la province depuis leur position à la périphérie de la ville.

La Garde républicaine de l’armée syrienne a annoncé par haut-parleur que Hayat Tahrir al-Cham et leurs alliés avaient jusqu’au 15 octobre pour se retirer du quartier d’al-Zahra, sinon elle lancerait une opération d’envergure, a rapporté Al-Masdar se référant à une source militaire à Alep.

Les attaques consécutives lancées par les terroristes de Hayat Tahrir al-Cham contre les districts d’Alep-Ouest à partir de leurs positions dans le quartier d’al-Zahra ont poussé l’armée syrienne à concentrer ses forces d’élite sur ce front.

La source a ajouté que l’armée syrienne souhaitait que les terroristes se retirent complètement du quartier d’al-Layramoun, dans le nord-ouest d’Alep, qui jouxte plusieurs zones gouvernementales.

Selon les sources syriennes, les terroristes de Hayat Tahrir al-Cham ont ouvert le feu sur les protestataires qui manifestaient contre la présence des terroristes dans leur ville.

Hayat Tahrir al-Cham ne se retirera probablement pas d’Alep-Ouest sans qu’il y ait une pression de la part de l’armée turque, actuellement installée dans la ville voisine de Daret Izza.

Cependant, l’armée turque ne semble pas presser les terroristes de partir, alors même que ces derniers ont lancé plusieurs attaques sur l’ouest d’Alep depuis l’annonce de l’accord sur la zone tampon d’Idlib.

En effet, contrairement au passé, la Turquie a adopté une position de neutralité face aux conflits opposant les nosratistes aux terroristes de Harakat Nour al-Din al-Zenki. Les récents affrontements entre les deux partis ont fait de nombreux morts, y compris plusieurs de leurs commandants.

Mots clés

Oct 11, 2018 14:31 UTC
commentaires