• Les Forces du Tigre de l\'armée syrienne. ©Al-Alam
    Les Forces du Tigre de l\'armée syrienne. ©Al-Alam

A Idlib, la Turquie joue désormais le jeu des USA et ce, au prix d'une violente remise en cause de l’accord avec la Russie. L’armée syrienne tolérera-t-elle longtemps les attaques meurtrières dont elle fait l'objet depuis bientôt un mois ? Qu'en sera-t-il des Russes ?

Le jeu turc

Selon la presse turque, des dizaines de terroristes se sont rendus à l'armée turque et au Front de libération nationale (FLN), soit cette force qu'Ankara a créée dans le nord de la Syrie pour y préserver sa présence et faire face, au cas échéant, à l'armée syrienne.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche des services secrets britanniques, les terroristes de Shuhada al-Sharqiyah auraient ainsi accepté de livrer leurs miliciens à l'armée turque et au FNL suite à leur bref combat avec cette dernière dans et autour de la ville d'Afrin.

Shuhada al-Sharqiyah est un groupe terroriste qui opérant à Jarablus, est affilé à l’Armée syrienne libre, contrôlée par les factions du Bouclier de l’Euphrate dirigée par la Turquie. Ce qui discrédite les sources turques quant elles rapportent des affrontements entre cette milice et le FNL. 

Shuhada al-Sharqiyah aurait été accusé par les militaires turcs d’enlèvement et de pillage, accusations qui sont bien loin d'être vérifiables par les temps qui courent. Pour de nombreux analystes, le jeu turc consiste pour l'heure à retarder, autant que faire se peut, une opération syro-russe contre Idlib et ce, par divers moyens dont et surtout "de prétendus combats contre des milices hostiles à l'accord de Sotchi".

L'offensive syrienne, imminente ? 

Ceci étant, ni l'armée syrienne ni la Russie ne sont dupes : une violente attaque des terroristes d'Idlib qui ne sont ni désarmés ni réconciliants, a coûté la vie à 23 soldats syriens il y a deux jours le long de l'axe Hama-Lattaquié. Ces agissements ont accéléré la mise en place des préparatifs de combat de l'armée syrienne qui a déployé des renforts dans la plaine d'al-Ghaab pour contrer les terroristes positionnés aux alentours, et ce, en réponse à leur attaque à Tal Burkan. 

Quant à Idlib, les terroristes ont lancé une nouvelle attaque hier dans le sud-est de la province, visant les positions de l'armée près de la ville de Khuwayn.

Dirigés par Hay’at Tahrir al-Cham, les terroristes ont tenté lundi 19 novembre au soir de s'infiltrer dans les positions tenues par les « Forces du Tigre », près du front de la ville de Khuwayn. Aussitôt, ils ont été localisés et identifiés, a déclaré une source militaire syrienne à Al-Masdar News ce matin.

Selon la source militaire, les Forces du Tigre ont ouvert le feu sur les terroristes et stopper net l'assaut avant de forcer les miliciens à se retirer des villes de Khuwayn et d’Abou Umar, situées dans la campagne du sud-est d’Idlib.

Cette dernière attaque des terroristes de Hay’at Tahrir al-Cham intervient 24 heures à peine après que ce dernier a tenté d’infiltrer les positions du gouvernement dans la campagne du nord du gouvernorat de Hama. Une chose est sûre : l'offensive russo-syrienne à Idlib ne tardera pas. 

Mots clés

Nov 20, 2018 11:41 UTC
commentaires