Dec 12, 2018 13:01 UTC
  • Yandex: la Russie défie

Yandex Map, le Google Map russe, a montré "par erreur" les sites militaires secrets qui se trouvent en Israël mais aussi en Turquie. S'agit-il d'un coup anti-israélien alors que le régime de Tel-Aviv et ses alliés travaillent d'arrache pied à la localisation et à l'identification des S-300? 

Le service russe de « Yandex Map » dit avoir révélé "par erreur" de nombreux sites et installations militaires en Israël et en Turquie appartenant pour certains à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), a rapporté Sputniknews. Le terme "par erreur" semble bien trompeur dans la mesure où la Russie est engagée dans un bras de fer "électronique" contre Israël et l'OTAN en Syrie. 

Le site de la Fédération des scientifiques américains indique que les cartes du programme russe « Yandex Map» contiennent des images précises et nettes des lieux secrets en Israël et en Turquie, lieux non présentes dans d’autres programmes tels que « Google Maps ».

L’expert américain Matt Korda a d'ailleurs comparé les cartes des deux programmes et a pu identifier et détecter plus de 300 sites militaires secrets, y compris des aéroports, des bunkers et des casernes qui ne figurent pas sur les autres cartes et qui pourront être visés dans le cadre d'une confrontation militaire. "Les programmes de conception américaine ont délibérément caché et camouflé l’existence de ces sites militaires, dit l'expert.

« Le programme russe a mis en relief des sites militaires secrets en Israël et en Turquie, dont le plus important est le centre de commandement de l’OTAN à Izmir et la base aérienne américaine à Incirlik, qui possède le plus grand arsenal nucléaire de la région », a déclaré Korda.

« Nous avons constaté que le programme russe ne révélait pas de sites militaires russes et qu’il publiait également des images inexactes ainsi qu’une carte de mauvaise qualité de la Syrie », a déclaré M. Korda en allusion au travail de renseignement secret qui sous-tend les publications d'images des sites sensibles israéliens par le programme russe.

Mots clés

commentaires