Dec 12, 2018 18:44 UTC
  • Ankara menace Damas

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé le lancement immédiat d’une opération militaire turque dans l’Est de l’Euphrate en Syrie.

Le président turc a déclaré ce mercredi qu’une importante opération militaire sera lancée dans les prochains jours par l’armée turque afin de pourchasser les forces séparatistes kurdes des régions situées dans l’Est de l’Euphrate en Syrie.

« Nous avons réussi à empêcher une véritable crise humanitaire dans la province syrienne d’Idlib, et maintenant le temps est arrivé pour que nous réalisions notre décision d’éradiquer le terrorisme dans l’Est de l’Euphrate », a déclaré le président Erdogan.

Le président turc a critiqué la tactique des États-Unis de faire reporter l’intervention turque à Manbij, en soulignant que malgré l’opposition de Washington, les forces turques entameront leur opération contre les terroristes, en faisant allusion aux Unités de protection du peuple (YPG), principale force armée kurde en Syrie qu’Ankara accuse d’être liée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).   

Le président Recep Tayyip Erdogan a ajouté : « Dans cette opération, nous ne prendrons pas pour cible les soldats américains, mais les terroristes. Mais malheureusement, les États-Unis renforcent de manière accrue leur relations avec cette organisation séparatiste, de sorte que nous voyons désormais le drapeau de cette organisation flotter à côté du drapeau américain. »

Quant à Manjib, le président turc a déclaré : « entre 80 et 85% des habitants de Manbij sont arabes, mais cette ville reste sous le contrôle des terroristes des YPG. Et comme les Américains se montrent incapables d’expulser les terroristes de Manbij, nous, nous allons nous en charger. »

Erdogan avait déjà déclaré, le 30 octobre, que la Turquie était prête pour une offensive dans l’Est de l’Euphrate, opération qui serait la troisième intervention de l’armée turque dans le nord de la Syrie. Selon Ankara, les États-Unis utilisent l’accord sur Manbij comme un instrument pour reporter l’action militaire contre les forces kurdes dans l’Est de l’Euphrate.

Les déclarations de ce mercredi du président turc interviennent un jour après l’annonce par le Pentagone de l’installation de postes d’observation afin d’empêcher toute accrochage entre l’armée turque et les éléments des YPG.

Un porte-parole du département américain de la Défense a annoncé mardi que des postes d’observation avaient été installés dans le nord de la Syrie, près de la frontière turque, « pour répondre aux soucis de la Turquie en matière de la sécurité ».

En réaction à ces propos, le président Erdogan a déclaré aujourd’hui : « Il est évident que des radars et des postes d’observation installés par les Américains ne seront pas utilisés pour protéger notre pays face aux terroristes, mais de protéger plutôt les terroristes face à la Turquie ».

Mots clés

commentaires