Dec 13, 2018 09:27 UTC
  • Mer Rouge: les USA créent un bloc colonial ?

Dans le cadre du projet colonial des États-Unis pour dominer la région stratégique de la mer Rouge et du golfe d’Aden d'où le régime de Tel-Aviv devrait transiter le gaz de la Méditerranée vers l'Europe et ce, dans l'objectif entre autres de défier la Russie, l’Arabie saoudite a été l'hôte d'une réunion.

Riyad qui agresse depuis 2015 le Yémen est chargée ainsi par Washington de jouer un nouveau rôle anti-russe mais ce rôle concerne aussi la Chine. C'est via la mer Rouge que la Chine transite ses marchandises vers l'Europe. 

L'Arabe saoudite essaie ainsi de créer une « entité » réunissant les États limitrophes de la mer Rouge et du golfe d’Aden. Cette « initiative saoudienne » s’explique, selon certains analystes, dans le contexte d’un « Grand jeu » entre les États-Unis et la Chine.

Mercredi 12 décembre, la capitale saoudienne, Riyad a été l'hôte d’une réunion des représentants des pays limitrophes de la mer Rouge et du golfe d’Aden autour d’une initiative proposée par l’Arabie saoudite pour assurer « la stabilité de la région » et soutenir le commerce mondial, la sécurité des voies maritimes internationales, la hausse d’investissement dans les pays limitrophes et l’accélération de leur développement durable.

Étaient présents à cette réunion, les représentants de sept pays (Arabie saoudite, Égypte, Jordanie, Soudan, Somalie, Djibouti et le gouvernement démissionnaire yéménite).

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a annoncé dans un communiqué que lors de cette réunion, présidé par le roi Salmane d’Arabie saoudite, les participants se sont mis d’accord sur la mise sur pied d’une « entité » de la mer Rouge et du golfe d’Aden.

La mer Rouge et le golfe d’Aden se trouvent aujourd’hui au cœur de l’actualité géopolitique régionale et internationale. En mars 2015, une coalition saoudo-émiratie a déclenché la guerre contre le Yémen sous prétexte de vouloir ramener au pouvoir à Sanaa le gouvernement du président démissionnaire Mansour Hadi.

La même année, la Chine a entamé des négociations avec Djibouti au sujet de l’installation d’une base militaire chinoise à proximité du Camp Lemonnier (ancien camp de la Légion étrangère) qui est une base des troupes de la marine américaine depuis 2002. La base chinoise a été inaugurée officiellement en 2017.

Les États-Unis y ont installé l’un des commandements de l’AFRICOM en 2003. Il est à noter que même les armées japonaise et italienne ont obtenu l’autorisation du gouvernement de Djibouti, respectivement en 2011 et 2012, pour s’y engager au nom de la lutte anti-piraterie au large de la Somalie.

La présence d’une base chinoise à proximité d’une base américaine a créé de vives tensions géopolitiques entre Washington et Pékin, mais les analystes croient que le Japon se sentirait aussi préoccupé par la présence des Chinois dans cette région stratégique de la planète.

De nombreux analystes estiment que le déclenchement d’une guerre saoudienne contre le Yémen faisait partie, en réalité, des étapes de la stratégie américaine pour dominer militairement et économiquement la mer Rouge et le golfe d’Aden qui jouent un rôle majeur dans la politique régionale et mondiale de Washington, désireux d’y assurer aussi les intérêts vitaux de son allié israélien.   

Mots clés

commentaires