Dec 17, 2018 11:25 UTC
  • Les forces spéciales russes en Syrie. ©AMN
    Les forces spéciales russes en Syrie. ©AMN

Après avoir été lâchement abandonné par les Américains face à Daech et à la Turquie, les Kurdes chercheraient le coupable. Selon l'un de leur commandant "c'est la Russie qui a confié à la Turquie la mission de combattre les Forces démocratiques syriennes (FDS)" dans le stricte objectif de chasser les Kurdes! Est-ce vrai?

Est-ce vrai? En effet, le trop grand espoir que fondent les Kurdes en l'Amérique et , en ses promesses, leur a depuis toujours coûté trop cher. L'offensive annoncée par Ankara contre l'est de l'Euphrate tout comme ses opérations de conquête du nord et du nord-est syrien n'auraient jamais pu avoir lieu sans coordination préalable avec les États-Unis et l'OTAN. Ce qui rend caduques les accusations des FDS surtout qu'à Deir ez-Zor, les supplétifs kurdes de Washington qui font régulièrement l'objet des raids "par inadvertance" des avions US qui choisissent en fonction de leurs plans tactiques d'appuyer Daech. 

Les Forces démocratiques syriennes accusent toutefois la Russie d’"inciter" la Turquie à tuer les Kurdes à l’est de l’Euphrate.

Un commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS) a annoncé, cité par le Kurdistan 24, que la Russie a incité la Turquie à lancer une attaque à l’est de l’Euphrate contre ces derniers.

« La Russie a gelé ses opérations à Idlib parce que la Turquie s’est engagée à combattre les Kurdes à Manbij et à l’est de l’Euphrate. La Russie l’a déjà fait à Afrin et veut répéter le scénario », a dit, dimanche 16 décembre, Polat Can, haut responsable des FDS.

Les déclarations de ce commandant des FDS ont aussi été partagées par le porte-parole des Unités de protection du peuple (YPG), Nouri Mahmoud, lequel accuse la Russie de « défendre ses propres intérêts en Syrie ».

Le porte-parole des YPG a prétendu que la politique russe « n’avait rien à voir avec le peuple syrien ni avec l’unité syrienne. Elle défend seulement les propres intérêts de la Russie ».

« Un grand pays comme la Russie devrait trouver une solution à la crise, pas seulement assurer une place pour entreprises russes », a-t-il ajouté faisant allusion aux unités de services paramilitaires telles que le groupe Wagner.

L’armée turque vient d’annoncer une opération imminente contre les Kurdes dans le nord et l’est de la Syrie, faisant part de son intention d’effectuer l’opération en coordination avec les militaires russes et américains pour éviter tout affrontement ou événement inattendu.

Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, justifie la prochaine action militaire de l’armée dans le cadre de l’opération anti-Daech de la prétendue coalition internationale dirigée par les États-Unis.

 

Mots clés

commentaires