Dec 18, 2018 18:21 UTC
  • Des militaires libanais surveillent la frontière avec Israël, à proximité du village libanais de Meiss al-Jabal, le 16 décembre 2018.
    Des militaires libanais surveillent la frontière avec Israël, à proximité du village libanais de Meiss al-Jabal, le 16 décembre 2018.

Une fois de plus, l’armée libanaise a fait retirer des barbelés installés par les Israéliens à la frontière.

Par l’intermédiaire de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), l’armée libanaise a réussi, ce mardi 18 décembre, à contraindre les forces israéliennes à reculer les fils barbelés que ces dernières avaient installés au niveau de la Ligne bleue, la frontière qui sépare le Liban de la Palestine occupée.
 
Selon le journal libanais L’Orient-Le Jour qui se réfère à la chaîne de télévision LBCI, les militaires libanais ont ainsi forcé les soldats israéliens à « quitter deux points supplémentaires sur la Ligne bleue, au niveau du village de Meiss al-Jabal, dans le sud du Liban, en reculant les fils barbelés précédemment installés ».
 

La source ajoute que depuis lundi, l’armée libanaise est sur le qui-vive à la frontière avec Israël au niveau de Meiss al-Jabal, après l’installation par le régime israélien de 200 mètres de fils barbelés de son côté de la Ligne bleue.

Souhaitant garder l’anonymat, un habitant de cette localité a déclaré à L’Orient-Le Jour que l’armée israélienne avait placé des barbelés sur un point litigieux de la Ligne bleue, au niveau de Kouroum al-Charaki ». « L’armée libanaise est venue retirer cette barrière, qui a ensuite été replacée plus loin par les Israéliens », avait-il expliqué.

Selon des informations de la LBCI, les topographes de l’armée libanaise et de la FINUL ont constaté lundi trois points sur le tracé du barbelé constituant une violation de la Ligne bleue. L’armée israélienne avait alors revu le tracé de ces barbelés, toujours selon la LBCI.

L’armée israélienne mène, depuis près de deux semaines, son opération « Bouclier du Nord », sous prétexte de détruire des tunnels présumés creusés par le Hezbollah dans les zones frontalières.

 

Mots clés

commentaires