Jan 12, 2019 21:53 UTC
  • Le tollé anti-Pompeo au Caire

Au Caire, les critiques s’intensifient contre les déclarations anti-iraniennes du secrétaire d’État américain, accusé de chercher à déclencher une guerre entre les Arabes et l’Iran.

« Les propos hostiles prononcés par Mike Pompeo contre Téhéran, le jeudi 10 janvier dans l’Université américaine au Caire, n’ont pour objectif que d’entraîner l’Égypte et les États arabes du golfe Persique dans une guerre contre l’Iran », a déclaré Hatem Noaman, le chef du Front national arabe, un des partis égyptiens.

Selon Noaman, cité par le quotidien Al-Mesryoon, l’annonce du retrait des troupes US de Syrie constitue un piège que les États-Unis a tendu aux États arabes.

Hatem Noaman a appelé les autorités égyptiennes, dont le président Abdel Fattah el-Sisi et son ministre des Affaires étrangères, à prendre une position ferme par rapport aux déclarations de Pompeo, qui avait également déclaré que Daech était présent sur la péninsule égyptienne du Sinaï.

Pour Noaman, les propos de Mike Pompeo ne sont pas différents de ceux de Barack Obama, l’ex-président US, étant donné que Washington, intéressés à ses seuls intérêts, suit une politique de répartition des tâches dans ses relations avec les pays arabes. Or, il faut savoir que les relations stratégiques sont basées sur les intérêts réciproques.

Le jeudi 10 janvier à l’Université américaine du Caire, le secrétaire d’État US a prononcé un discours appelant les pays de la région à aider les États-Unis à porter atteinte à l’Iran.

 

 

Mots clés

commentaires