Mar 18, 2019 10:51 UTC
  • Golan: Israël fera face à la Russie?

Depuis la reprise de Quneitra aux terroristes takfiristes pro-Israël, l’armée syrienne et les militaires russes assurent la sécurité de cette région particulièrement stratégique. Or, depuis que Netanyahu plonge dans les sondages, la politique d’Israël se joue du Golan à l’aide de l’aile la plus pro-israélienne du Congrès. Mais une annexion du Golan illégalement occupé ira-t-elle sans faire réagir la Russie ? Les experts en doutent fort.

Le Lieutenant-général Vladimir Ivanovsky, chef de la police militaire du ministère russe de la Défense dit qu’après avoir passé des exercices nécessaires, les militaires russes et syriens contrôleraient, conjointement, le respect du cessez-le-feu dans la ligne verte du Golan.

« Les militaires russes et syriens ont élaboré un plan visant à surveiller le respect du cessez-le-feu dans les hauteurs du Golan occupé par Israël. Dans le même cadre, ils prennent pour charge le contrôle de la situation dans les régions frontalières avec Israël », a déclaré le lieutenant-général Ivanovsky.

« Nous participons pour le moment aux formations et aux exercices militaires avec la partie syrienne. Nous avons, également, élaboré un plan conjoint pour assurer la sécurité dans les hauteurs du Golan au niveau intérieur. À l’échelle extérieure, les forces gouvernementales syriennes adopteront des mesures appropriées et nécessaires. Les deux parties russe et syrienne déploieraient tous leurs efforts pour que la stabilité et la sécurité soient rétablies en Syrie qui souffre depuis longtemps des conséquences néfastes du terrorisme.  

Il a affirmé :

« 6 postes de contrôle ont été créés, fin 2018,  par les militaires russes, chargés de surveiller la situation prévalant dans la région. »

En août 2018, après la libération de la province de Quneitra des terroristes, la mission de l'ONU, accompagnée de la police militaire russe, est entrée dans la zone du côté syrien pour la première fois depuis des années. En octobre 2018, la police militaire russe a, pour la première fois, effectué une patrouille conjointe avec les soldats de la paix de l'ONU dans la région.

 

 

Mots clés

commentaires