Mar 19, 2019 06:06 UTC
  • Israël a peur d’Assad

57 jours sont passés depuis la dernière frappe aérienne de l'aviation israélienne contre les positions de l’armée syrienne et ses alliés, en soutien aux groupes terroristes. Dès le début de la crise en Syrie en 2011, le régime israélien, comme la plupart des pays occidentaux et arabes, a approvisionné les groupes terroristes et takfiristes en armes et munitions.

Jusqu’à la fin 2016, Tel-Aviv s'était montré prudent, mais par la suite, il a effectué des raids aériens quasi réguliers pour affaiblir l’armée syrienne et revigorer les groupes terroristes.

Les dernières frappes de l'avion israélienne datent du 20 et 21 janvier où la DCA syrienne est aussitôt entrée en action. Or, depuis, Israël n’a plus répété ses agressions contre le sol syrien. 

Dans la nuit du 21 janvier, vers 01h00 (heure locale), les avions de combat israéliens ont mené une série de frappes contre des cibles militaires à Damas, Deraa, Quneitra et Soueïda.

Les systèmes de défense arienne syrienne Pantsir S-1 et BUK connectés à C-3 (Centre de commandement ont réussi à intercepter les sept missiles tirés depuis des F-16 au large de la Méditerranée.

Selon l'agence officielle syrienne SANA, la DCA syrienne et les missiles russes ont intercepté au moins 38 missiles au sud et à l'est de l'espace aérien de Damas. L'armée syrienne a aussi lancé des raids depuis le ciel libanais, du Golan occupé et de la Tibériade au nord d'Israël.

Israël a subi, a affirmé le ministère russe de la Défense, une contre-attaque violente quand il a tenté de frapper le sud syrien. "Tel-Aviv n'a atteint aucun de ses objectifs, bien que quatre F-16 israéliens aient tiré des missiles téléguidés depuis la Méditerranée contre des cibles au sud de la Syrie", a-t-il annoncé. 

Cela dit, quelles sont les raisons qui ont contraint Israël à cesser (pour le moment) ses frappes aériennes contre la Syrie ? Le renforcement de la défense aérienne de l'armée syrienne, surtout après le déploiement des S-300 russes, explique la réserve et les prises de précautions du régime. Mais les avertissements de l’ambassadeur syrien aux Nations unies, Bachar al-Jaafari, ont été efficaces. 

48 heures après les frappes contre l'aéroport de Damas, le représentant permanent de la Syrie auprès des Nations unies a déclaré que Damas était parfaitement disposé à riposter à ces attaques, en frappant à son tour et de façon "symétrique" l'aéroport de Tel-Aviv.

Il a déclaré qu'il était temps que le Conseil de sécurité des Nations unies "agisse pour mettre fin aux attaques constantes d'Israël contre les territoires syriens", ajoutant que Damas pourrait exercer son "droit de légitime défense" et réagir à l'attaque israélienne sur l'aéroport de Damas avec une frappe "symétrique" sur l'aéroport de Tel-Aviv.

 

Mots clés

commentaires