Mar 19, 2019 21:43 UTC
  • Syrie: les forces alliées expulseront les USA

Lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion tenue le lundi 18 mars, le ministre syrien de la Défense, le général Ali Abdullah Ayoub, et les chefs d’état-major des armées iranienne et irakienne, respectivement Mohammad Baqeri et Othman al-Ghanemi, ont abordé les principaux points discutés dont la souveraineté des trois pays sur leur terre et l’expulsion des troupes américaines.

Selon le journal libanais Al-Akhbar, l’ambiance qui régnait dans la réunion tripartite annonçait le début d’une nouvelle étape de la guerre. Désormais, la mission principale est de contrôler les frontières syro-irakiennes et de se rendre maître des passages frontaliers entre les deux pays.

Pour Al-Akhbar, cette volonté entre en collision frontale avec les intérêts des États-Unis, qui abritent les paramilitaires kurdes sur leur base militaire d’al-Tanf située dans le sud-est de la Syrie près du triangle frontalier Irak-Syrie-Jordanie et à l’est de l’Euphrate.

Al-Akhbar remarque que les autorités israéliennes ont à plusieurs reprises exprimé leurs inquiétudes au sujet du contrôle des frontières et de la réouverture des passages frontaliers reliant l’Iran, l’Irak et la Syrie, ce qui aurait pour effet de rétablir la voie de communication Téhéran-Beyrouth.

Mohammad Baqeri, chef d’état-major de l’armée iranienne, a souligné lors de la conférence de presse que la question de l’ouverture des passages frontaliers reste cruciale pour les échanges commerciaux et le flux des touristes et des pèlerins iraniens à destination de l’Irak et de la Syrie.

De même, son homologue irakien, al-Ghanemi, a annoncé la réouverture du passage frontalier Abou Kamal/al-Qaïm entre l’Irak et la Syrie dans les prochains jours.

Quant à l’évacuation des troupes américaines, le ministre syrien de la Défense a prévenu que l’armée syrienne était en mesure de les expulser de la base d’al-Tanf, tandis que Baqeri a indiqué qu’au cours de la réunion, l’accent a été mis sur la souveraineté des trois pays sur leur territoire mais aussi sur le refus de toute présence militaire étrangère illégale dans les régions de la Djézireh, d’Idlib et d’al-Tanf en Syrie, quelle qu’en soit la raison.

« Nous avons passé en revue les moyens d’y rétablir la souveraineté du gouvernement syrien, à qui il appartient de prendre la décision finale », a noté le chef d’état-major de l’armée iranienne, Mohammad Baqeri.

Se disant grandement étonné par l’absence de Moscou à la réunion, Al-Akhbar subodore que l’absence de la Russie n’est pas innocente d’un point de vue politique : collaborant avec Israël et attaché aux accords avec la Turquie, Moscou s’oppose aux points qui ont été abordés et refuse d’adopter une attitude franchement hostile contre l’ennemi israélien.

 

 

Mots clés

commentaires