Mai 15, 2019 19:42 UTC
  • Arabie : Ansarallah en position de force

Le même Yémen qui est encerclé et agressé depuis quatre ans par la coalition de Riyad appuyée par les États-Unis et Israël, fait peur aujourd’hui à l’Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et à Bahreïn, a écrit le journal libanais al-Binaa dans un article signé Wafiq Ibrahim.

L’auteur se penche ensuite sur des déclarations faites par les autorités saoudiennes et émiraties en 2015, prétendant avoir détruit la majeure partie des équipements militaires d’Ansarallah et de ses alliés. Elles avaient même publié des images de la destruction de ces soi-disant équipements pour prouver leurs dires.

Et maintenant après quatre ans de guerre, Riyad et Abu Dhabi, les deux principaux piliers de la coalition d' agression du Yémen sont entrés dans une posture défensive face aux attaques aux drones lancés par l’unité balistique de l’armée yéménite et d’Ansarallah, a écrit al-Binaa.

L’Arabie saoudite a reconnu le mardi 14 mai que deux stations de pompage sur l’oléoduc est-ouest de l’Arabie saoudite avaient été frappées par des drones yéménites. Les missiles Thaad que Riyad a récemment reçus de son allié américain, tout comme les missiles Patriot, semblent avoir été incapables d’intercepter les drones yéménites.

Des responsables saoudiens ont reconnu que des installations pétrolières du pays avaient été frappées par des drones yéménites.

La question qui se pose selon le journal libanais est : « Comment ces personnes assiégées ont-elles réalisé cet exploit?

« Les drones yéménites ont traversé avec succès les systèmes de défense antiaérienne américains de l’Arabie saoudite pour bombarder les plus importantes raffineries de pétrole saoudiennes et ils ont arrêté une partie des exportations pétrolières de ce pays », a écrit al-Binaa ajoutant que les attaques avaient poussé Riyad à prétendre que l’attaque avait été faite contre le monde entier et pas seulement contre l’Arabie saoudite.

« Ce qui prouve l’incapacité de l’Arabie saoudite à se défendre sans une couverture occidentale complète », a poursuivi Wafiq Ibrahim

Les attaques aux drones d’Ansarallah contre les installations pétrolières  saoudiennes ont entraîné la chute des indices boursiers en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis ainsi que le scepticisme des investisseurs étrangers.

Mais la vérité est selon le journal libanais plus amer : « l’attaque a privé l’Arabie saoudite de son rôle régional et mondial ».

Dans une autre partie de son article, M. Ibrahim indique que les Américains sont aujourd'hui confrontés à quatre types de défis dans la région :

1-Un Yémen qui prouve chaque jour à quel point il est puissant ; notamment pour avoir perturbé les exportations pétrolières des pays agresseurs. Ce Yémen se montre également assez courageux pour repousser l'agression barbare américano-israélienne qui vise son sol et son peuple.

2- L’Iran offre une occasion en or à tous les pays visés par l’Arrogance américaine et les sanctions et embargos US à tout-va.

3- Le troisième défi est la Syrie ; ce pays qui résiste toujours à l'offensive américano-turco-israélienne à l'est de l'Euphrate et au nord-ouest du pays après avoir réussi à libérer 120 000 kilomètres carrés de ses territoires.

4- En ce qui concerne le quatrième défi, il s'agit d'un axe sino-russe qui se dit intéressé à soutenir les forces qui combattent la barbarie américaine parce qu'il est pris pour cible aussi à son tour.

Dans ce contexte, les Américains se retrouveront obligés de riposter de manière limitée pour sauver leur prestige et leur hégémonie en déclin, a conclu l’auteur. 

 

Mots clés

commentaires