Mai 15, 2019 19:48 UTC
  • Iran : l’Irak réagit à la guerre des nerfs US

L’Irak a réagi à la décision des États-Unis d’évacuer une partie des personnels de leur ambassade à Bagdad.

Ce mercredi 15 mai, le département d’État américain a ordonné, dans un communiqué, à son personnel diplomatique non essentiel de quitter l’ambassade de Bagdad et le consulat d’Erbil.

Quelques heures plus tard, l’ambassade des États-Unis à Bagdad a soutenu la décision du département d’État américain, ajoutant que la décision avait été prise en raison des « conditions sécuritaires actuelles » en Irak.

Tout de suite après, le porte-parole du ministère irakien des Affaires étrangères Ahmed al-Sahaf a réagi à la décision des États-Unis en qualifiant de « stable » la situation dans son pays.

« Les conditions sécuritaires en Irak sont stables. Nous sommes en parfaite coordination avec toutes les parties et nous restons engagés au dialogue et à l’équilibre des rapports de force conformément au besoin de la région. La situation en Irak est stable et conforme aux intérêts de la nation irakienne », a déclaré Ahmed al-Sahaf.

« Les services habituels de visa dans les deux postes ont temporairement été suspendus. Le gouvernement américain a une capacité limitée pour fournir des services d'urgence aux citoyens américains en Irak », indique le communiqué du département d’État américain.    

Les autorités américaines répètent, depuis quelques temps, que « des menaces se sont multipliées contre les troupes US »

Début de la semaine, l’ambassade des États-Unis à Bagdad a déconseillé aux voyageurs de se rendre en Irak.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est rendu, cette semaine, à Bagdad, dans le cadre d’une visite éclair, pour rencontrer des responsables irakiens.

Selon Reuters, « Pompeo a demandé au gouvernement irakien de restreindre les activités des Unités de mobilisation populaires ».

Mots clés

commentaires