• Ankara et les S-400 russes: l’OTAN s'alarme

L’OTAN est vivement préoccupée par l’achat de S-400 russes par Ankara.

Le général Peter Pavel, président du comité militaire de l’OTAN, a officiellement mis en garde les autorités turques contre d’éventuelles conséquences suite à l’achat à la Russie du système anti-aérien et anti-missile S-400, a annoncé le journal américain Defense News.

Il a souligné que « cette transaction exclurait toute possibilité d’intégration de la Turquie au sein du système antimissile de l’Alliance, car les S-400 Trimuph russes sont incompatibles avec les systèmes d’armement de l’Alliance politico-militaire de l’OTAN dont dispose Ankara. »

Selon cette autorité militaire, le marché russo-turc sur l’acquisition des S-400 par Ankara, fidèle allié de l’OTAN, présente un « important défi potentiel » pour l’Alliance car « le problème réside dans le fait que les données liées aux sites militaires de l’OTAN en Turquie risque d’être transmis vers les dispositifs militaires russes. »

Autre sujet de préoccupation, selon Peter Pavel, c’est que les experts russes se rendront bientôt à cette fin en Turquie pour entraîner les Trucs et mettre en service ces batteries anti-aériennes. Une occasion potentielle pour Moscou d’accéder aux données importantes confidentielles de l’OTAN en Turquie.

Selon les rapports fournis par les médias, les États-Unis ont exhorté la Turquie à renoncer à l’achat de systèmes S-400 russes, sous peine de sanctions.

S-400 Triumph est un système de défense anti-aérienne et anti-missile russe le plus moderne. Il est également capable d’être utilisé contre des cibles terrestres. La portée des missiles du S-400 dépasse 400 kilomètres. Ce système qui n’a pas d’égal dans le monde suscite le vif intérêt des partenaires étrangers de la Russie. Le service de coopération militaro-technique russe a précédemment fait état d’une dizaine de commandes de S-400, rapporte l’agence de presse russe, Sputnik.

Mots clés

Mar 08, 2018 15:47 UTC
commentaires