• Bolton peut-il piéger Kim Jong-un?

La prescription boltonienne d’un « modèle libyen » de désarmement en Corée du Nord passe mal à Pyongyang.  

La Corée du Nord n'apprécie guère les comparaisons surprenantes du conseiller de Trump, John Bolton, entre le modèle US sur la dénucléarisation de la Libye de Kadhafi et celui promis par le leader nord-coréen.  

Dans la colonne réservée aux analyses politiques, The Washington Postfait valoir la réaction vive des autorités de Pyongyang face au « modèle libyen » proposé par Bolton.

Pour mieux expliquer l’affaire, le journal relate brièvement la question de l’abandon en décembre 2003 par le leader libyen de l'époque, le colonel Kadhafi du programme nucléaire du pays.

Selon l’auteur de l’article Rick Noack, après les exercices aériens conjoints Corée du Sud/États-Unis, les suggestions du conseiller américain à la sécurité nationale ont plus que jamais consterné le leader de la Corée du Nord.

Le journal fait allusion par la suite à la déclaration de Pyongyang à l’adresse des hauts fonctionnaires de la Maison Blanche et du département d'État, y compris Bolton :

« [Ils] cherchent à mettre à exécution en Corée du Nord un modèle pareil à celui de désarmement en Libye en 2003. Cependant, le monde est bien conscient que notre pays n’est ni la Libye ni l’Irak  [dont les dictateurs ont été tués par leur peuple] ».

Il  semble que la référence du conseiller va-t-en-guerre de Trump à l’affaire de dénucléarisation suivie en 2003 par Kadhafi, clôturée au bout de compte par la mort du président libyen, a hérissé la Corée du Nord. À en croire les responsables coréens, la Libye n’est qu’un « anti-modèle » du désarmement, n’ayant d’inspirant pour le leader nord-coréen. Fin avril, Bolton avait suggéré que la Libye pourrait servir de modèle pour persuader la Corée du Nord d'abandonner son programme d'armement nucléaire. Il n'a pas laissé entendre, du moins publiquement, que l’exemple libyen comprendrait un changement du gouvernement en Corée du Nord. Au lieu de cela, il a souligné dans un entretien avec la CBS la nécessité de renforcer la confiance et de vérifier les efforts de dénucléarisation.

Ce que Bolton n'a pas mentionné, c'est que la Corée du Nord avait déjà rejeté un système de vérification basé sur le modèle de la Libye il y a 10 ans. En 2008, les États-Unis ont proposé à Pyongyang un processus de vérification fondé sur des processus d'inspection déjà utilisés en Libye. La Corée du Nord s'est opposée à deux éléments clés de ce plan: le prélèvement d'échantillons et la visite d'installations non déclarées.

Le sommet entre les leaders des deux Corées a eu lieu vendredi 27 avril dans la zone démilitarisée les séparant. En termes de l'accord signé par les deux leaders, les deux pays voisins avaient confirmé l'objectif commun d'"obtenir, au moyen d'une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire". 

Mots clés

Mai 17, 2018 10:11 UTC
commentaires