• Sommet avec Kim : Trump se fait avoir?

L’annulation du sommet de Singapour par Trump prouve encore une fois qu’on ne pourra pas faire confiance aux USA.  

Le sommet américano-nord-coréen a défrayé la chronique pendant ces dernières 48 heures.

Après avoir libéré trois ressortissants américains, le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un a tenu sa promesse et il a détruit sous l’œil d’une poignée de journalistes, le site d'essai nucléaire en faisant exploser ses tunnels d’accès.

Des médias sud-coréens ont en effet diffusé des images de la destruction des mines en exploitation du polygone d'essais nucléaires de Punggye-ri par les autorités nord-coréennes.

Mais, dans une décision imprévisible, le président américain, Donal Trump a annulé le sommet de Singapour qui devrait avoir lieu le 12 juin prochain. Quelques heures plus tard, il a changé d'avis et fait état d'un éventuel tête-à-tête avec le dirigeant nord-coréen à cette même date!

Selon l'analyste iranien Hadi Mohammadi, la Corée du Nord n’est pas tellement stupide pour se débarrasser de ses paramètres de puissance face aux États-Unis. Trump aussi n’est pas tellement fou pour octroyer facilement une concession à n’importe qui.  

Des nouvelles relayées pendant ces dernières semaines par les sources d’information montrent que le site démantelé, le jeudi 24 mai, par Pyongyang faisait partie des tunnels détruits par les 6 fameux essais atomiques qu’il ne fonctionnerait presque plus.

Ceux qui avaient été invités à en être témoins étaient un certain nombre de journalistes et aucun expert n’avait été invité à se rendre sur les lieux de démantèlement.

Cela étant dit, personne ne peut prouver si le site qui était détruit était, vraiment, le seul endroit où les essais nucléaires de la Corée du Nord avaient été effectués.

Il ne faut pas oublier que l'endroit ruiné était simplement un «lieu», pas des installations nucléaires ou des missiles balistiques ... La seule concession faite par la Corée du Nord aux États-Unis était la libération des trois ressortissants américains !

Les États-Unis considèrent la rencontre avec le leader nord-coréen comme un «privilège» à accorder à un pays «isolé».

Aux yeux des responsables de la Maison-Blanche, la mise à l'isolement de Pyongyang est l'un des leviers de pression les plus efficaces et la rencontre de Trump avec les dirigeants nord-coréens pourrait sortir ce pays de cette situation. La question qui retient l’attention c’est que si Washington était prêt à perdre l'un des moyens de pression les plus importants contre Pyongyang ?

Du point de vue de Trump, la rencontre avec « Kim » est un privilège spécial pour la Corée du Nord, c’est la raison pour laquelle il cherche à jouer avec Kim Jong-un lui promettant tout et son contraire.

Il y a aussi la Chine qui joue un rôle prépondérant dans la péninsule coréenne. La Corée du Nord reste un atout majeur pour la Chine qui au coude-à-coude avec la Russie travaille pour défier l’hégémonie américaine. La Chine ne semble pas donc être prête à perdre la Corée du Nord si facilement, sous des pressions US. 

Si les États-Unis se sentaient être capables de faire capituler la Corée du Nord, ils n'hésiteraient même pas un seul instant à le faire. Ils iraient même plus loin pour mener une action militaire contre ce pays.

Par conséquent, il est impossible que la Corée du Nord renonce si facilement à ses paramètres de puissance face aux États-Unis.

Le règlement de la crise américano-nord-coréenne passe par trois moyens:

-Accorder des concessions à la Chine.

-Arracher d'importantes garanties aux États-Unis.

-La Corée du Nord doit se soumettre, totalement, à Washington, tout comme le cas de pays réactionnaires arabes qui se sont transformés en une vache laitière pour les États-Unis.

Kim Jong-Un est jeune, mais son pays est arrivé à accéder au plus haut niveau de science nucléaire et de capacités militaires.

La Corée du Nord n’est pas comparable avec les pays réactionnaires arabes qui sont devenus un arsenal des armements américains.

Il est donc peu probable que ce pays se soumette aux États-Unis.

En plus, l'expérience du Plan global d’action commun montre que Trump n'est, absolument, pas quelqu'un qui tient sa promesse.

Donc, il ne reste qu’une solution et il s’agit de la Chine. Est-ce que ce pays qui pense à saper l’hégémonie américaine est prêt à perdre un tel instrument fort ?! La réponse est bien évidente.

Nancy Pelosi, cheffe des démocrates à la Chambre des représentants et le sénateur Robert Menendez ont estimé vendredi 25 mai que Pyongyang avait vaincu Washington et que le monde est arrivé à cette conclusion que les États-Unis ne sont pas fiables sur le plan international. 

Mots clés

Mai 26, 2018 10:43 UTC
commentaires