• La stratégie anti-US du président russe.
    La stratégie anti-US du président russe.

Après avoir vendu ses bons du Trésor américain, la Russie a acheté de l’or pour ainsi augmenter ses réserves d’or, une mesure qui va dans le sens de la dédollarisation.

La Russie stocke de l’or alors que le pays continue de vendre ses bons du Trésor américain en réponse aux nouvelles sanctions américaines. Depuis juillet, le président Vladimir Poutine a ajouté 26 tonnes d’or dans la réserve fédérale de la Russie, soit environ 1 milliard de dollars.

Début 2018, le gouvernement russe a vendu 84 % de ses bons du Trésor américain. Aussitôt après, la Russie est sortie de la liste de 33 pays étrangers ayant des bons du Trésor américain. La démarche russe a été entreprise après que l’administration américaine a décidé d’imposer des sanctions sans précédent contre ce pays.

La banque centrale russe a acquis 26,1 tonnes d’or, au mois de juillet, augmentant ainsi les réserves d’or du pays à 2.170 tonnes, soit quatre fois plus qu’en 2008.

Avec ce volume de transactions d’or, dans une courte période de temps, la Russie a devancé la Chine, du point de vue de réserves d’or. La Russie compte, actuellement 2.170 tonnes d’or avec une valeur de 83 milliards 600 millions de dollars, ce qui la place à la 5e place dans le classement mondial.

La décision de Moscou est une stratégie en réaction aux sanctions américaines et aussi pour diminuer la valeur de dollar. Une stratégie optée également par la RII et la Turquie pour faire face à l’hégémonie du dollar.

Ces 14 derniers mois, le dollar américain a compté une hausse considérable par rapport aux autres devises, ce qui a beaucoup réjoui le président américain Donald Trump qui n’a pas pu s’empêcher d’exprimer sa joie dans ses tweets.

Dans leur stratégie pour faire face à cette hausse du dollar et aux sanctions américaines, la Russie, l’Iran et la Turquie ont décidé de vendre leurs dollars américains et d'acheter de grandes quantités d’or à la place.

Selon le professeur d’économie d’entreprise de l’Université Brunel de Londres, Francesco Moscone, la Russie n’est pas le seul pays à se lancer dans le domaine de l’or.

« De nombreux autres pays, y compris la Chine, la Turquie et l’Iran, achètent de l’or alors qu’ils cherchent à se protéger de  l’hégémonie du dollar américain et de ses fluctuations », précise-t-il.

« La plupart des économies émergentes ont une dette libellée en dollar, ce qui les rend très vulnérables vis-à-vis de la poursuite de la hausse des taux d’intérêt à Washington : “c’est l’une des principales raisons pour lesquelles la Russie a réduit de plus de moitié ses avoirs en dette extérieure américaine depuis 2017”.

La Turquie a également commencé à retirer toutes les réserves de lingots d’or détenus aux États-Unis tandis que la Russie et la Chine ont convenu de régler les transactions en rouble et en yuan.

« Les superpuissances mondiales cherchent à accroître leur indépendance vis-à-vis du dollar américain, en l’éliminant de leurs transactions », affirme l’analyste.

Et parmi d’autres, « la Russie a en particulier de bonnes raisons d’échanger ses dollars en échange de l’or car contrairement aux devises, l’or ne peut être déclaré sans valeur ».

Sep 10, 2018 07:16 UTC
commentaires