• Afghanistan : le jeu trouble de Riyad

Que cherche l’Arabie saoudite en Afghanistan? Des experts politiques ont constaté que Riyad cherche à aplanir le terrain au renforcement de la présence de Daech et d’autres groupes takfiristes en Afghanistan.

Les talibans afghans ont des différences de point de vue idéologique avec les groupes terroristes comme Daech et de ce fait, on a été témoin d'affrontements meurtriers dans le nord et le nord-est de l’Afghanistan entre les talibans et Daech qui semble profiter de l’appui de Riyad. De l’aveu des analystes politiques, davantage d’appui saoudien à Daech ne fera qu’attiser les affrontements.

Selon la chaîne de télévision turque TRT, l’Arabie saoudite a demandé à l’Organisation de la coopération islamique (OCI) d’organiser mardi une conférence avec pour thème axial « la paix et la sécurité en Afghanistan ».

Le secrétaire général de l’OCI a annoncé que cette conférence aurait lieu à Djedda dans le cadre des efforts de Riyad en appui à l’Afghanistan. Plus tôt, en juillet, cette même ville accueillait une réunion de deux jours avec pour but de délégitimer la lutte des talibans contre les forces étrangères et le gouvernement central de Kaboul, ce qui a provoqué la réaction des talibans.

Dans un communiqué, les talibans ont reproché à l’Arabie saoudite de les avoir qualifiés de « terroristes », juste pour satisfaire les attentes de Washington.

Depuis son apparition en Afghanistan, le groupe terroriste Daech a mené plusieurs attentats ciblés contre les chiites et beaucoup d’analystes politiques sont d’avis que les talibans font le plus grand obstacle à l’élargissement de la présence de Daech dans ce pays.

Les attaques en série de Daech contre les civils et surtout les chiites afghans ont augmenté ces derniers mois. Alors que les efforts du gouvernement afghan pour assurer la sécurité des zones à population chiite s’avèrent insuffisants, les inquiétudes sécuritaires augmentent à l’approche de Moharram, mois de deuil du troisième Imam des chiites. Les observateurs politiques n’excluent pas des crimes humanitaires dus aux attaques terroristes.

 

 

Mots clés

Sep 10, 2018 19:10 UTC
commentaires