Dec 13, 2018 17:23 UTC
  • Huawei: nouvelles représailles de Pékin

Dans le droit fil de la récente arrestation de la directrice financière du géant chinois de la technologie Huawei au Canada, deux ressortissants canadiens, soupçonnés « d'activités menaçant la sécurité nationale» ont été arrêtés cette semaine en Chine.

Selon Sputnik, suite à l’arrestation le 10 décembre de Michael Kovrig, un ex-diplomate canadien à Pékin, les autorités chinoises viennent de procéder à de nouvelles représailles en direction du Canada en arrêtant ce jeudi, Michael Spavor qui dirige une entreprise basée à Dandong, une ville chinoise située à la frontière avec la Corée du Nord. Cette société est chargée de «faciliter la coopération, les échanges culturels et le commerce» avec Pyongyang, comme est écrit sur son site web.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a ainsi confirmé aujourd'hui, jeudi 13 décembre que deux citoyens canadiens étaient soupçonnés d'«activités menaçant la sécurité nationale» chinoise.

Ces arrestations interviennent dans le cadre d’un différend diplomatique qui a eu lieu lorsque les autorités canadiennes ont arrêté le 1er décembre, à l'aéroport de Vancouver et à la demande de Washington une ressortissante chinoise, Meng Wanzhou qui est en fait la directrice financière du géant des télécommunications chinois, Huawei.

Il semble bien que le Canada s’est fait piéger sur ce dossier par un bras de fer  Pékin-Washington ne le concernant pas de prime abord.

En procédant à l’arrestation de Sabrina Meng Wanzhou pour des raisons politiques mais également pour cause de rivalité autour de la technologie 5G, Ottawa s’est retrouvé dans la position d’une victime collatérale, a estimé un expert cité par Strategika.

Mots clés

commentaires